Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck

Ceux qui ont l’âge, la culture, l’intérêt ou la mémoire, savent ou se souviendront ce que les russes avaient rétorqué au monde quand on les accusait de plagiat au sujet de leur navette spatiale et les similitudes avec celles des américains. Pour les autres, ils avaient dit «les lois de l’aérodynamique sont les mêmes pour tout le monde». Fermez le ban. La classe, moi je trouve.

Je ne sais donc pas à quelles lois, à quels codes, à quelles éthiques, à quels respects correspondent les écarts que je vais souligner entre ces deux photos.

Comme il est facile de voir que ce n’est pas la même chose. Le dessin représente un projet, un concept développé, véhiculé pour lequel un ingénieur étudiant architecte et un salarié d’autoktonomie ont travaillé d’arrache pied. Ce travail était déjà le fruit d’évolutions, il ne tombait pas du ciel. Ce projet a donc bénéficié de financement publics au travers du contrat aidé que nous avions mis en place et ensuite du conseil régional de Basse-Normandie pour réaliser la simulation thermodynamique avec le fonctionnement prévu du bâtiment.

À coté, l’école de surf de Siouville, j’ai cherché à savoir de quand dataient les plans définitif et personne ne m’a répondu. Bref, belle école, bel outil dont l’inauguration aura lieu prochainement. Je vous passe le temps qu’il aura fallu pour en arriver là.

Je ne pourrais vous dire combien de personne j’ai rencontré pour annoncé, évoqué, proposer, demander, en vain. Pire, à chaque fois les niveaux d’exigences étaient relevés. Tous franchis. Je véhicule ce truc depuis 2009 avec l’idée de faire une vitrine de solutions technologiques, techniques professionnelles, sociales, humaines, innovante (protobâti2020), associatives, coopératives; avec des impacts directs dans l’emploi, l’urbanisme, l’architecture, le bâtiment, le logement, sur les aspects du stockage de carbone, de maîtrise de l’énergie, de la société post pétrole, avec des emplois de proximité basés sur des filières courtes, avec une cohérence sociétale. J’en ai passé des heures au téléphone, dans le train, sur la route, même le président de la commission du développement durable sur la précédente législature avait apprécié et accompagné la démarche à sa manière.


Alors voilà, je ne sais pas qui vient chier un tas de béton les pieds dans l’eau. Je ne sais pas à qui nous devons cela, à qui je dois cela, je ne sais pas si je dois chercher, mais je vais vous dire ce que j’en pense n’en déplaise. Et je vous le dit parce que sur l’ensemble de ma démarche, j’ai aussi bien pire à évoquer ou narrer. Ce n’est peut-être qu’un détail.


Ceci dit, et mon propos n’est pas de crier au plagiat, les écarts sont suffisamment notoires et notables je voudrais souligner que la loi ALUR du 26 mars 2014 intègre des notions de dignité dans le logement. Si l’on peut considérer que les surfeurs sont «logés», je ne suis pas sûr que le bâtiment soit digne de ce qu’est le surf, ou la glisse en générale pour l’approche que j’en ai eu, et elle date.

De notre côté, notre bâtiment fonctionnait avec un stère de bois par an. Et l’électricité pour un usage noble. Faites vos comptes. Nous estimions notre prototype à 200 000 euros, nous pensions que l’on pouvait nous donner la chance de s’entraîner à faire les choses.

Malgré les procédures publiques, les années, les rumeurs, la conjoncture; l’entreprise attributaire du marché est liquidée en cours de construction. Si on cumule les années, l’épuisement, les études, les coûts futurs, les coûts de recyclage; je ne sais pas au delà du coût du projet en lui-même si on peut compter aussi le temps perdu, combien coûte au final toutes ces gesticulations, et les coûts sur l’environnement, les dépenses publiques...


Je ne sais donc pas ce que l’on m’explique, ou ce que l’on essaie de me faire comprendre, ni ce que je dois ou devrais comprendre. Ni même s’il faut en déduire des choses. Trop peu de réponses tangibles pour ne pas avoir à exprimer mon ressenti.


Il y a maintenant dix ans, on commençait à démontrer les potentiels d’économies, mesuré, chiffré, quantifié, payé, publié, diffusé, expliqué...


En 1920, un mec décide de faire des maisons isothermes en paille, je ne sais pas s’il est possible de quantifier le gâchis depuis. En 2010 on démontre les potentiels cumulés, et aujourd’hui ? Où en sommes-nous ? Et non, je ne crierai pas au plagiat, c’est pire à mon sens. C’est pire pour moi. Aujourd’hui, le moindre crâne rasé en short avec des lunettes fluos se fait payer sa crème solaire et sa cuite sur les deniers publics, alors que moi, je prenais des congés sans soldes entre 1992 et 1996 pour animer le Beach-Volley, le Speed-Sail, le Char à Voile, la cabane à frites et tout le reste.


Putain, je vous ai fait chier avec mes courriers, mes coups de gueule, mes mails, mes appels, mes pieds dans la porte, on en a causé de tout ça non ? C’est pas faute d’avoir alerter, prévenu, détaillé avec les doutes inhérents à ce que je suis.


Désolé, ce n’est pas ça la vie. Ce n’est pas ça le monde. Ce n’est pas l’idée que je me fais du vivre ensemble, vivre au «pays», vivre tout simplement. Ou survire à ces immondices de pratiques sur lesquels poussent les germes fascisant de la peste brune. Continuez donc d’entretenir ces perversités, ce n’est pas non plus mon monde, ni ma vie.


Peut-être n’avez-vous jamais eu à essayer de comprendre les mécanismes de la folie, de la violence, du terrorisme, du suicide, peut-être n’avez-vous jamais eu à essayer de savoir comment vous allez subvenir à vos besoins, animer vos projets de vie, vos travaux, et tant mieux pour vous.


Mais pour moi, tant que l’on cultivera les germes de ces ressentis fruit d’irrespect, de déni, de rejet, de négligences, de paresses intellectuelles, de préjugés, de croyance, d’ignorance, de mépris, du misérabilisme érigé en dogme il ne sera pas étonnant que les replis identitaires dont je ne vois que des caricatures, le replis nationalistes fleurissent dans nos contrées. Les bruits de bottes résonnent dans les campagnes et nous n’en sommes encore que là. Je ne suis ni corse, ni basque, je suis probablement pire que tous ceux là réunis. Mais ce n’est pas non plus mon monde.


J’étais amianté avant d’être tabagique, j’étais autre chose avant d’être amianté. Les cramés de la vie.

Les mâtons de l’atome sont les ânes de la république,
La risée du monde va souffler ces insignifiants,
Jack use sur le fond de la marmite,
Jack use avec les tourbillons de mon esprit,
La médiocrité de l’inaction,
Qui laisse (re)pousser les germes de l’infâme.
Veillez à ôter vos pétards osseux de mes soleils,
Édificateurs de miradors sur les côtes,
Pour scruter des horizons
Que l’on est incapables d’éclaircir...

Franchement je ne sais pas forcément quoi penser et je n’ai pas envie de me lamenter.  Mais en regard de ces dernières années il y a un aspect que je trouve fondamentalement injuste, de pas réglo. Peut-être votre expérience, votre recul, votre regard orientera mes pensées, ce soir, elles vont tourbilloner.

F.L. Le 13/04/2014.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog