Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck

Qu'un sang impur abreuve nos sillons... Tout le monde connait ça.

Non, ça ne passe pas, en relisant l'histoire locale et la revisitant pour ce que j'ai eu à en vivre, je me souviens qu'en arrivant au collège dans les temps de construction de Flamanville 1&2, la vie locale était multiculturelle, comme aujourd'hui. Elle est aussi sûrement multi cultuelle (sans R) et peut-être pas assez inter culturelle. Un copain de collège me disait que dans sa cité, il y  avait 19 nationalités... Un ancien responsable local me disait qu'il y avait même une mosquée de fortune... Si vous prenez l'annuaire vous y verrez la pluralité des sonorités... 

Ils sont un paquet à être venus ici, pour la mine, les grands chantiers; certains sont restés, d'autres sont partis, mais je sais que pour ceux là, beaucoup y reviennent.

Je préfère prendre tout de suite le statut de undermenschen et relire Primo Lévi.

Parce qu'il y a pour moi sur ce territoire un facteur (pas celui du courrier) discriminant. Le chercher, le faire chercher, le trouver ? Faut pas aller bien loin.

Alors je vais commander une prise de sang pour noter mes niveaux d'impuretés pour que les cultivateur de champignons puissent un peu plus stigmatiser la différence. Si elle est dans le sang, dans la tête, dans les idées, dans les appartenances, dans mes relations, dans ce que je suis, pour ne pas rater ce fameux rendez-vous avec l'Histoire. 

Quand j'étais encore enfant au milieu des années 70 la terre sentait encore l'occupant, ma première expérience avec la terre fut de retirer les vestiges des bâtissent de l'occupant de l'époque. Le darwinisme social avait transformé ces vestiges avec l'énergies de la famille en une terre fertile dont beaucoup se souviennent encore le goût des légumes et les talents du jardinier, la régularité de ces rangs...

Né en 1970, mes parents m'ont appelé Franck, un nom qui sonnait le boche, le schleu... Comme un signe de paix, mes parents avaient déja compris à l'époque ce sens, la Paix.

Vingt cinq ans après la fin de la seconde guerre, après mai 68, la pilulle et celle du moment est dure à avaler, surfant sur les trentes glorieuses tout était sûrement plus facile.

Et nous en sommes là !

Lassés peut-être qu'il ne soit pas permis de casser la gueule de l'autre en toute impunité, ils s'en trouvent toujours pour stigmatiser une catégorie de personnes, on ne le sait que trop. La plus grande démocratie du monde (l'Inde) vient d'élire un leader nationaliste qui a organisé des pogroms anti musulmans au début des années 90. 

La banalisation de la haine comme solution à tous les maux. Pour mieux se conditionner à l'affrontement, comme pour mieux banaliser et justifier la guerre où qu'elle soit, sur un "théâtre" comme ils disent, pour mettre un peu de poésie dans la barbarie. Pour mieux justifier l'injustifiable.

Ce fait d'actualité me fait penser que finalement on ne résoud rien par les armes, que si des mecs de la Terre entière ont donné leur vie, sans parfois qu'ils le demandent pour libéré l'Europe du nazisme, ça n'a pas suffit, "ils" en veulent encore... Sûrement "croient-ils" dans leur profonde aculture que la définition est : capacité à être naze. Ce qui est vrai aussi certes, mais dont on a oublié les mécanisme qui nous y ont conduit. 

Si le discours lénifiant qui consiste à dire que c'est comme ça on n'a pas le choix que c'est pour le bonheur de l'Humanité, on ne peut faire que comme ça en laissant émerger ces idées de merde, vaut mieux se friter tout de suite ça ira plus vite.

Au pays du chantier qui devait changer le monde, laisser faire ça c'est accréditer l'idée que l'on a semé des graines de conneries haineuses et qu'elles sont en train de germer.

Excusez-moi mais je m'absenterai pour la récolte.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog