Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #social

Bel et incroyable été que nous vivons. Moi, je ne sais pas ce que je vis, mais je le vis, des fois, c'est comme un TGV que je prends dans la face, des fois c'est autre chose. Un dimanche comme un autre donc, avec des porteurs d'uniformes.

Incriminé par une noble personne pour des actes, des propos et des écrits, voilà qu'il me faut maintenant aller justifier cela devant les représentant de la loi, les gardiens de l'ordre public. Sur "dénonciation", un peu comme au début de l'année souvenez-vous (http://www.al3es.org/article-ne-e-s-sous-le-signe-de-la-balance-123082645.html).

Je ne sais pas ce qui me vaut parfois un tel acharnement, à peu près aussi violent que celui que j'emploi pour faire les choses. Je voulais donc pour vous situer l'attaque, partager avec vous quelques mots que l'on me reprochait. En relisant tout cela en sortant de la Kommandanture, j'en ai pleuré. Ben quoi, des lascars vomissent leur haine en toute impunité localement sans que personne ne s'en émeuve, c'est la démocratie, oui certes, la démocratie du plus con.

Si j'en juge par mon écrit, ce que j'ai voulu dire, comment je l'ai écrit et les enjeux que je mettais derriére, ça donnerait envie de balancé au autorités le moindre mariole qui expose un truc avec trois fautes d'ortographes par mot.

Voilà donc ce que j'avais écrit début 2014 pour essayer de résoudre des problèmes (y compris les miens):

 

Pour faire suite à la décision du Juge des Tutelles du Tribunal d'Instance de Cherbourg en date du 6 décembre 2013, désignant M. G., mandataire pour la tutelle aux biens et Me G. L. pour la tutelle à la personne suite à ma requête et avec le soutien de mes frères, je vous invite à prendre connaissance de l'action qui pourrait être menée et dont tout le monde sortirait grandit je n'en doute pas. Il s'agit de :

 

 

PROJET DE MISE EN ŒUVRE

 

ÉCO-TUTELLE

 

ou

 

MISE EN VALEUR

 

DE

 

COMPÉTENCES COLLECTIVES

 

La notion de famille est chère à notre pays. Si je lui trouve parfois un goût de pastille Vichy, il n'en demeure pas moins que nous devons œuvrer pour faire progresser la condition de la nôtre. Si la pensée populaire pourrait penser qu'il est trop tard et que le rubicond a été franchit, je ne suis pas de cet avis en témoigne les deux courriers qui suivent. Il faudra veiller à l'éveil de tous, nous marchons sur des œufs et la prouesse serait d'en casser le moins possible, en sachant qu'un œuf cassé l'est à jamais.

 

à Monsieur le Président du Conseil Général

De la Manche,

 

Monsieur le Conseiller Général du canton des Pieux

 

Copie : Me L., assistante sociale du département

 

Objet : Action en faveur de personnes âgées dépendantes et de leur patrimoine.

 

Messieurs,

 

si je vous dis que mon père est souffrant (ou non) d'Alzheimer, que j'ai requis, au prix d'une vaste fâcherie et d'un lot d'incompréhension avec ma mère, la mise sous tutelle de mon père; que la tutelle a été statuée par la juge des tutelles du Tribunal d'Instance de Cherbourg en date de 6 décembre 2013 ; vous devez vous de votre côté savoir et dire les efforts qui sont consentis par le département dans l'accompagnement et la prise en charge des dépendances (au sens large du terme).

 

Dans le cas qui me préoccupe, celui de mon père, de ses biens, de la situation de mes parents, je voudrais veiller à ce que rien de violent ne se produise. Vous pourrez le lire dans ma démarche, et les mots dont j'ai usé pour formuler ma requête au-delà des formulaires de rigueurs.

 

J'aimerai avoir la certitude que personne ne sera lésé à l'avenir, tant je considère que ma famille dans son ensemble a subit au long de ces trente dernières années de lourds préjudices moraux, sanitaires, professionnels, familiaux, économiques. Et je pense en cela encore avoir suffisamment de mémoire pour souligner au travers de mon propre parcours, les faits, les événements sur lesquels je m'appuie pour évoquer cela avec vous.

 

Dans la mesure où nous avons tous le devoir de travailler à faire progresser les choses de la vie, je me posais la question de connaître votre réaction au courrier annexé, afin de savoir si en cultivant une approche écologique telle que je la conçois, nous n'aurions pas l'opportunité de travailler ensemble à une amélioration de la prise en charge du maintien à domicile en faisant cadrer par les tutelles, le département et des associations comme celle que j'anime les rénovations thermiques nécessaires de nombreux bâtiments.

 

N'aurions nous pas là une opportunité de créer au local de l'activité générant des emplois où avec un regard neuf sur ce que nous sommes et de manières transversales nous pourrions aussi proposer d'autres micro-modèles économiques vertueux.

 

Associer les plus jeunes à la mise en valeur du patrimoine des plus anciens, en associant des actions de formations, en usant de filières courtes pour les matériaux biossourcés et les réseaux d'acteurs régionaux ? N'est-ce pas aussi préparer demain ?

 

Créer un élan de territoire pour rénover du patrimoine en y associant du maintien à domicile, en baissant les charges énergétiques et augmenter le confort des habitations ?

 

« On » ne peut me faire « croire » que cela est impossible, surtout si nous pouvons faire cadrer tout cela par le ministère de la Justice et la tutelle, le département, la région, l'ADEME, l'ANAH...

 

Si nous avons les bonnes volontés citoyennes pour y parvenir. Je ne doute pas de savoir comment agir pour mettre tout cela en évidence, mais en l'évoquant avec vous, je souhaiterai que cela soit simplifier, pour établir des cas pratiques voire des cas de jurisprudence.

 

Je vous remercie de l'attention que vous aurez porté à mon propos et ne doutez pas que je vais chercher comment pouvoir faire cela, dans les termes du courrier joint.

 

Recevez dans l'attente de réponses l'expression de ma considération citoyenne.

à Me G., MJPM

Me G. L.

Objet : Projet de mise en valeur

Me G.,

Maman,

 

tout d'abord je ne vous cacherai pas que quelques points me chagrinent dans la mise sous tutelle de Papa. Si vous reprenez ce que j'avais écrit avant la décision du la juge des Tutelles, j'espère que nous pourrons nous accorder sur l'idée que je, que nous n'avons pas fait ça pour nuire, même si la méthode n'a pas été la meilleure. En serions-nous là ?

 

Pour moi, la justice vous a confié les missions de protection, de mise en valeur, de gestion et j'aimerai saisir cette opportunité pour qu'en ma qualité de feignant, de bon à rien, d'indigent selon tes mots maman, je puisse user de ce cadre pour formuler un projet où nous devrons nous attacher collectivement et en toute concertation, à inscrire et labelliser les travaux que j'ai engagé depuis... bien longtemps déjà, puissions dans les circonstances que nous connaissons user et abuser de nos mémoires pour leurs entretiens.

 

Il est établi que notre fratrie à obligation de subvenir aux besoins clairement exprimés, mais on aurait pu, on pourrait, on peut se poser la question de la réciprocité et en cela ça n'empêche en rien de proposer et d'imaginer comment nous pourrions aussi faire autrement. Nous usons et abusons tous de solidarités, quoiqu'on en pense et quoi qu'on en dise. Et c'est bien cette réflexion que je souhaite partager en toute transparence. Et je vous remercierai d'y porter égard.

 

Président de l'association « autoktonomie », je suis en mesure de financer une étude de réhabilitation écologique du bâtiment où habitent mes parents. Je suis en mesure d'optimiser la démarche sur les aspects financiers, humains, professionnels et sur les aspects de maîtrise de l'énergie, de l'amélioration de l'habitation et aussi une perspective de recettes en permettant un mode de location sur la partie ancienne.

 

Nous aurons donc à intégrer des notions de handicap, de dépendance, dans l'éco conception de cette rénovation, de trouver le meilleur montage financier auprès de l'ANAH, le Conseil Régional, le Conseil Général, l'ADEME, la MDPH... L'enjeu économique pour le foyer étant de faire baisser les consommations globales d'énergies mais aussi de capter un revenu annexe. De plus c'est aussi une augmentation future du patrimoine. Et une valorisation de tous.

 

Pour cela je vous propose une large concertation pour établir un calendrier où chacun dans son rôle aura à trouver les meilleurs outils pour cette réalisation. Je peux et je veux le faire, mais je ne peux non plus le faire sans vous et sans les concertations nécessaires.

 

Je me fais fort d'agir en terme de statuts, d'étude, de propositions pour faire cadrer par la justice ce que j'appellerai ce dimanche 19 janvier 2014 une « éco-tutelle ».

 

Je vous invite donc à saisir les enjeux de ma proposition, qui, pour l'avoir tournée dans tous les sens mais peut-être pas dans les vôtres, n'a rien de choquant. Et je regrette bien que ce ne soit pas fait depuis tout ce temps, mais il faudra alors voir à ce que chacun use de sa mémoire pour tenter d'évaluer à côté de quoi nous passerions si nous tentions pas de « rattraper » le coup.

 

Dans l'attente de vos retours, recevez mes amicales salutations.

 

Franck Leblond. Flamanville, le dimanche 19 janvier 2014.

 

Les seules véritables réponses obtenues sont donc cette invitation à se justifier, alors faites gaffe à ce que vous écrivez... Ce texte est extrait d'un volumineux travail que beaucoup d'instituionnel ont pu avoir, lire peut-être, et en tout cas où personne n'a levé le petit doigt. Je trouve cela d'une grande classe, et je pense que je vais passer le reste de l'été à règler des comptes, j'espère que le genssauront compter... par bientôt faudra plus compter avec moi... Ce que beaucoup font déjà très bien.

 

 

Commenter cet article