Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #musique

Toutes les routes mènent au rhum, alors j'ai pris l'option route du rock, collection été 2014. Je ne suis pas à priori amateur de festival. La foule et sa bêtise, les contrôles et leurs risques, la route et les incertitudes météorologiques... Si cela a bien évidemment un côté frustrant, en effet voir des artistes, des musiciens que j'apprécie sur scène n'a pour moi pas de prix. C'est d'une totale authenticité et les fraudeurs sont toujours démasqués ou recalés...

Alors quoi dire de cette Route du Rock 2014 et ce que j'en ai vu ?

Musicalement exceptionnel pour la soirée que j'ai eu la chance de voir, Anna Calvi, Protomartyr, Slowdive, Portishead, Metz pour ceux que j'ai vu. J'ai lâché prise après Metz.

Depuis 17 heures l'après midi, les pieds nus dans la boue, la voiture enlisée plusieurs fois sur le parking, les détours et redétours pour les accés handicapés. Remarquez que pour moi passer une soirée de festival dans un mélange de terre boueuse, de paille ça a quelque chose de rigolo. Pas un centimètre carré pour poser un cul, des queues longues comme des trains, une foule à l'image de sardine à l'huile dans leur boite, de mulitples visions décalées me sont venus à l'esprit.

Au delà de la qualité des prestations, de celle du son, les déplacements étaient une vraie corvée, les slaps font ventouse dans la boue, glissant; chaque pas est un effort; les mots de Primo Lévi dans "Si c'est un homme" me résonnent alors dans la tête, pensant alors à la condition des déportés dans les camps l'hiver, en sabot dans la boue et le peur. Heureusement, c'est l'été et c'est la Paix, on ri de tout et la boue est chaude...

Si voir et écouter pour 45 euros les pointures internationales présentes n'est pas très excessif, on peut le voir différemment pour passer la nuit les pieds dans la boue.

Que dire de ces parking plus grands que ceux des grandes surfaces, vision d'horreur du réveil au petit matin où je me demandais alors dans quel genre de supermarché j'avais échoué.

L'impression qu'une masse conteste un système dont elle espère sortir en reproduisant la même chose. J'ai des doutes. La caravane des festivals passe avec les prestations récurentes, mais aussi avec les recherches d'originalités des organisateurs...

S'il avait fait beau temps à Woodstock, on ne tolérerait pas tel contexte. De bien gros risque finalement, économiques, sanitaires... Je ne cache pas ma crainte. Passant, oubliant les alcolisations massives, les bousculades, les piétinements, je suis peut être atteint par la limite d'âge pour ce genre d'exercices. Ceci dit, je n'ai jamais été coureur de festivals pour des raisons aussi qui me sont propres.

Je reste très heureux d'y être aller, sans les prestations de qualité, je ne serais pas resté, j'aurais perdu 45€ comme ça, bêtement. Les gens ont l'air d'apprécier, tant mieux, moi, j'émets des doutes, je me demande bien quel genre de gogo on est et devient quand on échoue dans ce genre d'endroits. En effet, malgrés toutes les alternatives que chacun représente dans cette foule il y a pour moi quelque chose qui tient du conformisme planplan.

Ceci dit, je n'ai pas non plus de solution toute faite, si toutefois, je reviens vers vous.

Merci donc à tous les musiciens de m'avoir fait oublié ce contexte et m'avoir permis une forme de voyage musical, les pieds dans la boue, la tête dans les étoiles...

Mention spéciale et personnelle pour Anna Calvi, un vrai moment de bonheur. Si toute les route mènent au rhum, avec quelques degrès de moins, une petite pluie Bretonne, du vent, ces champs de boue auraient pu aussi en amener au rhume...

Tout cela me fait penser à la blague qui suit: Savez-vous pourquoi les français ont choisi le coq pour emblême ? Parce que c'est le seul animal qui chante les deux pieds dans la merde !

 

Commenter cet article