Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #De la graine d'énergie...

Un jour de juin 2015, il est possible que j'intervienne puliquement sur la question de la folie. De « l'universalité de la folie » au cas particuliers, avec ces quelques lignes voici ce qui constituera une partie de mon propos que je tenterai de développer...

 

« Avant, j'étais schizophrène ;

Mais ça, c'était avant...

Maintenant, nous allons beaucoup mieux ! »

 

Au delà de l'aspect caricatural de cette expression qui taduit une représentation très réductrice de la schizophrènie, comme d'ailleurs toutes celles que l'on peut donner de manière ponctuelle, souvent lors de faits divers. Chacun, dans « sa normalité » se fabrique une réprésentation avec ce que l'on donne pour comprendre, ce qu'il a (le normal!) pour comprendre, ce que l'on a compris aussi de la pathologie, de ce que l'on peut vulgariser.

 

Pour le sujet schizophrène dont l'étiquettage, ou le diagnostic pour dire correct se fait généralement après des épisodes douloureux de délires, d'interprétations, d'incompréhensions, d'humiliations, de rejets ; il y a bien un avant et un après. Rien ne sera jamais plus comme avant. Entre les surajouts permanents et stroboscopiques de la violence du monde, qui accumulés facilitent une explosion, qu'il faut contenir, nul ne sait ce qui conduit à l'expression délirante de ces malêtres.

 

S'il est heureux de pouvoir être accompagné, médicamenté, soutenu c'est bien alors le NOUS qui va alors mieux. En apprenant à être avec ça, en apprenant à se dire les choses, les comprendre, les interpréter avec le poids des ans, avec le sens de la vie, le nous n'est pas seulement les blouses blanches et les pyjamas d'un côté. C'est toute la société du « fou » qui se trouve pertubée. Et c'est dans celle-ci qu'il peut trouver la force, l'énergie, l'envie de participer à ce que le monde, son monde est, avec la nécessité de vouloir tirer vers le haut les sociétés pour ne pas que, comme bien d'autres minorités, celles des « fous » ne soient pas, et ne redevienne pas non plus, une variable d'ajustement pour ceux qui se sentent dans « une normalité » dont les frontières sont en perpétuel évolution.

 

De la marge à la norme, l'évolution sociale se fait aussi dans les quotidiens de chacun, somme d'individualités dont personne ne connaît l'état (l'État) de l'autre. En cela nous portons en nous tous une partie des solutions à imaginer pour que l'ensemble se porte mieux, se porte bien.

 

Quelle hospitalité pour la folie ? Faut-il que celle-ci soit bancable, soit profitable pour que les sujets puisse être aidés ou accompagnés vers une autonomie, certes relative, mais où en toute conscience on décide de faire confiance, plutôt que d'ériger une sempiternelle défiance ? Nous savons tous que c'est possible, que le faire, l'évaluer, le rapporter, l'échanger permet à chacun de dire et de se dire qu'il participe au progrès de la société en bordant, en amortissant l'expression individuelle des nébuleuses du sujet schizophrène.

 

Si la folie est l'usage de raccourcis qui ne paraissent pas évident au premier regard, la responsabilisation de chacun dans la quête d'une raison, d'un sens, d'une vérité qui peuvent devenir plurielles et servir l'Humain dans son intégrité, dans son espace fini sans forcèment transgresser les limites du tenable afin de continuer à vivre ensemble en Paix. Les images que l'on nous renvoient des conflits qu'il soient militaires, politiques, sociaux, économiques, religieux, sportifs agissent comme autant de stimulis pour créer de la défiance, pour stigmatiser l'autre, pour fabriquer des petites dominances asservissantes. Pour fabriquer des compétitions internes où nous ne connaisons ni les règles, ni les temps de jeu, ni les lots à gagner, ni les arbitrages. Mais d'où personne et rien ne sortent indemnes, à commencer par la biodiversité, l'humanisme...

 

Du sujet délirant à l'industrie pharmaceutique, en passant par les familles, les relations, le travail, le pathos dans ses grands ensembles est omniprésent dans la société. Les grilles que l'on impose souvent fabriquent autant de solutions moléculaires qu'il y a de symptômes sans prendre les dimensions globales de chacun. Dans la globalité du monde, de l'univers, des multivers...

 

Il y a des morts sociales, des morts économiques, il y a des morts... Biologiques, physiques comme pour mieux retourner à l'éternité de molécules, comme pour mieux se fondre dans le monde, celui qui fait si mal, celui que l'on veut tant transformer... Il est peut souhaitable pour chacun d'avoir à vivre, à passer par le stades des délires inexpliqués, inexpliquables dont la « normalité » du spectateur de l'autre tend plus facilement à rejeter que d'accompagner.

 

Loin de la petite mort de l'orgasme, cette forme de mort sociale, comportementale synonyme de chaos internes et parfois externes n'exclue pas d'avoir à vivre, n'exclue pas de continuer à être. Même s'il est plus facile et plus courant de se retrouver dans les placards de la société, marqué aux fers rouges d'une anormalité qu'il est plus aisé de montrer de doigt, comme pour mieux se rassurer de ce que l'on est, de ce que l'on pense être.

 

Il est bien évidemment plus commode de faire plonger l'autre dans des abysses d'incompréhensions plutôt que d'œuvrer à tirer les sociétés vers le haut. En cela, les composantes haineuses de nos microcosmes se cherchant toujours des boucs émissaires pour mieux écraser les divertés, les différences ont encore de beaux jours devant eux.

Commenter cet article

en savoir plus 05/12/2014 04:01

J'aime bien votre site internet , merci et bravo ! continuez comme ça !

Je me permet de mettre un lien vers mon site , n'hésitez pas à venir !

A trés bientot