Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #écologie

Pour avoir eu la chance, le privilège, l'honneur d'être invité à une visite de présentation d'une maison passive, c'est, tout en étant heureux d'y être aller, malgré tout, sujet à de longues discussions. Ce que j'ai vu, ce que j'en ai compris n'a rien pour me rassurer, sauf que j'ai encore moins à rougir de ce que nous sommes (ou serions) capable de proposer au travers de l'approche bio sourcées de la construction (quand elle se justifie).

Au delà de quelques regrets sur ce qui devrait déjà être fait en regard des projets soutenus localement (et ailleurs), de la manière dont certains traits de caractères existent aujourd'hui physiquement sur nos côtes, sur la manière dont d'autres, ailleurs s'emparent de logiques telles que nous tentons de les véhiculer et les promouvoir; je l'ai quand bien même en travers.

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, une maison peut être passive et n'avoir rien d'écologique. En clair, l'économie d'énergie réalisée sur le temps d'usage de la maison ne représente rien en comparaison des quantités d'énergies qu'il aura fallu pour produire les matériaux, les acheminer, les transformer.

L'acte de construire, s'il est là malgré tout pensé, n'est pas envisagé dans sa globalité. S'il est heureux que des gens dans leur maison ne soient plus (ou peu) assujétis à la facture d'énergie me plait bien, mais que si je me fie à ce que j'ai entendu sur les coûts, ça ne rend pas cette démarche accessible à tous, bien trop cher. Tant mieux si certains peuvent se le payer, mais ce n'est pas le cas de tout le monde.

J'ai pu aussi je dois dire apprécier l'engagement de l'architecte, qui à travaillé sur les synergies nécessaires aux entreprise pour la réalisation de tels projets. Respect du travail de l'autre, formations communes, investissements, c'est par là que ça passe aussi.

Je passe sur quelques détails techniques pour évoquer ce qui selon moi traduit une non-réponse aux enjeux sociaux économiques et écologiques du moment. L'utilisation de matériaux industrialisés gros consommateurs d'énergie à la fabrication, au transport, avec aussi et plus sournois un impact sanitaire douteux dans une maison. Bref, aussi passive qu'elle soit, et quelque soit les économies réalisées, cette maison aura peut-être consommé au final bien plus d'énergie qu'une autre maison si on prend l'ensemble des filières des matériaux.

S'il y avait une taxe carbone sur la construction, indexée sur les matériaux, celle-ci serait fort élevée pour cette maison. Taxe carbone, comme un droit à payer, comme un droit à polluer, comme un droit à s'en foutre. Pour ceux qui peuvent se la payer. Les autres restent condamnés à payer mais pour un confort bien moindre.

À l'opposé, enfin pas tant que cela, faire la même maison avec principalement des matériaux bio sourcés aurait permis de stocker du carbone, pour peu qu'il soit produit localement, signifiant ici que si effort de construction ou de rénovation (écologique si possible) est organisé, il faut maillé le territoire de point d'approvisionnement en matériaux afin de ne pas perdre le bénéfice de la passivité de la maison et des matériaux naturels et peu transformés sur la route. Ce serait dommage.

S'il y avait aussi dans ce cas une taxe carbone, en optimisant leur utilisation (des matériaux bio sourcés), vous auriez eu un crédit d'impôt. Crédit qui aurait pu financer le surcoût de la main d'œuvre (ou une partie).

L'écart entre les deux est très significatif. Il est dommage, voire inquiétant que ceci ne soit pas pris en compte. Ou si mal. Fi des filières courtes, fi des matériaux locaux, fi de l'engagement à émettre moins de CO2, fi de l'engagement à produire de manière renouvelable l'énergie, fi du bon sens... Et encore une fois, tant pis !

Commenter cet article