Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #transition écologique

Quand vous entendez parler de construction de maison, qu'elle soit conventionnelle, traditionnelle, écologique; quelque soit la manière dont on vous "vendra" celle-ci, c'est avant tout pour répondre à un besoin. Celui de se loger, d'avoir un chez soi, inhérent aussi au monde animal où le gîte marque parfois la "propriété" mais est aussi constitutif d'une identité, d'un caractère.

Construire répond à un besoin élémentaire. Enfin ? On pourrait en reparler et j'en avait déjà parlé en évoquant le fait qu'il y avait en Europe deux fois plus de logements libres que de SDF. Une paille... Aparté terminé, c'est parce que se loger correspond à un besoin que je pense qu'il n'y a pas de raison d'exploiter autant celui-ci et notamment sur des aspects financiers. Et pourquoi ?

Sauf à être un dealer d'un produit toxique, tellement les gens peuvent être dans le besoin d'être bien logés. Pourquoi un produit toxique ? Tout d'abord par les matériaux industriels et industrialisés qui brûlent beaucoup d'énergie à la fabrication, et dégagent dans les atmosphères des maisons tout au long de leur cycle de vie. Toxique aussi parce dur à recycler. Un autre degré de toxique, les conditions financières d'achat ou de construction. Là, vous payez votre maison au moins deux fois. Enfin, toxique parce que et malgré les normes en perpétuelle évolution aucune ambition d'économies drastiques n'est proposé. Alors que l'on sait faire des maisons qui ne consomment rien, s'évertuer à construire des gouffres à énergies à pour moi quelque chose de malsain. Je vous passe la toxicité du bruit.

Le monde libéral a mis un coût sur tout cela, et le fait payer très cher. Surtout pour un besoin fondamental. On sait aujourd'hui les coûts économiques, sociaux, écologiques de ces choix opportunistes et "on" traîne les pattes pour faire autrement. Le gâteau est juteux, même si la baisse globale de la construction apporte un bémol au constat. Le statu quo ne permet donc pas au mal logés ou au pas logés d'accéder à un gîte pour avoir les bases d'une reconstruction personnelle, familiale, sociale, professionnelle.

Alors que l'on saurait comment inverser globalement la tendance à ces désordres consuméristes adossés à la sacro sainte croissance, en adaptant nos activités professionnelles aux résolutions des grandes crises majeures connues, écologiques, sociales... Qui orientent sur des crispations identitaires dont il ne sortira rien de bon.

En conséquence, je propose de faire le choix au travers d'une structure associative à but non lucratif de devenir concepteur, constructeur, accompagnateur d'habitats. Les multiples compétences recensées au sein de collectifs permettent d'aborder sereinement cette proposition.

Commenter cet article