Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #transition écologique
Une bonne tranche (de vie aussi !)

Il est arrivé par texto. Par un canal de gauche (gauchiste de merde !) comme si on me demandait ce que j'en pensais. Un vrai sujet de dissertation formulé pour des secondes il m'inspire aussi parce que je m'étais arrêté là (en seconde). Sans trop savoir de qui, ni d'où, les destinataire du sujet étant l'État et DCNS, une tranche de vie, j'irai donc de mon couplet, dans le registre, je ne sais rien mais je dirai tout !

Et ce message alors, que dit-il ? Ceci:

"Boujou, en cette année 2015 où la conférence mondiale sur le climat aura lieu en décembre si on dépasse le bilan, le constat quels seraient les objectifs prioritaires que nous pourrions adresser publiquement à DCNS et l'État en terme d'environnement"

Fichtre !

Bon, les gars, mes premières remarques iront vers votre formulation. La conférence a lieu en décembre (on sait déjà qu'il ne fera pas trop chaud, toute idée de réchauffement sera modérée) et en France. Si elle avait eut lieu ailleurs auriez-vous demandé à ce qu'on l'ouvre ? Je ne pense pas. Vous usez donc de manière opportuniste sur un sujet dont vous n'avez pas d'avis, ni jamais agit pour faire en sorte de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Pour imager mon propos, localement, comment et pourquoi un fabriquant de sous-marins a autant besoin de l'avion pour exister ?

Je voudrais bien dépasser le bilan et le constat, mais je ne suis pas sûr que nous sommes ou serions d'accord sur ceux-ci s'il fallait débattre et exposer tout cela. Alors pour les objectifs prioritaires, il faudrait d'abord se mettre d'accord sur les bilans et les constats, justement, pour savoir comment les dépasser. Après on verra...

Enfin, adresser publiquement à DCNS et l'État des objectifs prioritaires en terme d'environnement ne peux rien apporter en terme d'écologie. À moins que ce ne soit pour reprendre ce que je peux voir dans de beux magazines glacés, "des écosystèmes de défense". Belle formule. Comme on le sait tous les pays qui  achètent des armes le font pour se défendre, mais sont tous en guerre.

Si derrière la question il faut répondre à la manière dont nous pourrions continuer à fabriquer des armes, des porteurs d'armes de manière "éco-responsable", ce ne serait pour moi qu'une escroquerie de plus. Dans un monde écologique, je ne suis pas sûr qu'on y fabriquerait des armes. Repeindre en vert une industrie de l'armement n'apporte rien en manière d'écologie, de pensée écologique, de changement de paradigme. Un bio sous marin. Remarquez que la phonétique dans la langue normande en ferait en français un beau sous-marin, d'où le piège.

Penser environnement avec ce genre d'industries, c'est imaginer la vie qui va autour, les transports, les écoles, les gardes d'enfants, le sport, la culture, la santé, le logement; tout ce qui devrait aller avec une vie sociale, entrepeneuriale; de l'activité, de la vie... Ceci est aussi de la responsabilité des employeurs. Penser que nos productions seraient meilleures parce que les déchets sont triés, la sécurité respectée, pour aller péter la gueule de l'autre proprement n'a rien à voir avec une conception écologique de la société, du monde...

Et il est à mon sens urgent de rebâtir un monde ou les intelligences qui réfléchissent à tout cela œuvrent à faire autre chose que des armes. C'est sûrement là où nous ne pourrons pas être d'accord sur le bilan et les constats. Mais pour avoir aussi œuvrer dans ces murs, dans ces bords, sur ces ponts, dans ces cales, je m'autorise à penser que nous avons collectivement raté des reconversions il y a déjà fort longtemps. Je m'efforce de penser qu'il n'est pas trop tard, mais ce que je vois parfois ne me rassure guère.

Il y a bien des besoins qui ne sont pas ou plus pourvus qui pourraient être largement assumés et assurés par un outil industriel comme celui de DCNS Cherbourg. Tenter de faire croire qu'en ayant tout optimiser à ce point depuis une quinzaine d'année, bradé des savoir-faire, sacrifié tant de choses sur l'hôtel du saint pognon, pour vendre ce que nous vendons et tenter de lutter contre les menaces que nous connaissons en prétendant vouloir œuvrer pour l'environnement, mais les gars, faut vous mettre en grève pour arrêter de fabriquer des armes.

Là sera peut-être le début d'un changement de paradigme, si c'est pour faire des armes de manière écologique ou éco machin, comme vous voulez, et vivre dans nos conforts en toutes insouciances des catastrophes écologiques, sociales, sans se soucier des dégâts causés ailleurs, sans se soucier des pics des matières tient pour moi d'une foutaise sans nom. Et je vous le dit poliment les gars. Vingt ans plus tôt j'écrivais qu'à ce rythme nous irions un jour au travail sous escorte militaire, nous y sommes, bienvenus dans le monde réel.

Notre mono industrie locale et militaro industrielle entrave tout autre hypothèse de développement, Même avec des pales sous l'eau ou dans les airs nous sommes toujours dans des systèmes productivistes à la performance nécessaire. Si ça marche ici, dans dix ans tout sera fabriqué au loin... Voulez-vous quelques exemples pratiques de bloccages psychologiques inhérents à notre contexte socio-économique ?

Avec tous les crèves la dalle de la Terre, je vous le dis les gars, soyez sérieux un peu, arrêtez de tenter de nous faire avaler que vous fabriquez des catapultes de tartes à la crème bio et locale. Je ne pourrais jamais l'entendre. Nous avons la chance de nous connaître, d'être amis, amies pour beaucoup, et j'ai toujours eu confiance que les choses pouvaient changer que nous en étions les moteurs, les responsables, c'est aussi pour ça que je m'autorise à vous le dire comme ça.

Et je me rappelle avoir découpé cet article il y a peu dans la presse locale, où la CGT de l'atome crie sa sainte haine de la transition énergétique et écologique. Je me dis que si ces deux confréries en parle, ça risque de faire des étincelles !!! Pour être remonté à la source du message, j'ai un peu moins de craintes à l'idée de le publier. Les copains encore dans les murs ont bien ri et ça vaut tous les encouragements du monde. Oh ! J'imagine que ça va en faire grincer certains, mais de mon côté et encore une fois, voir que le terrtoire se gausse de projets qui m'ont conduit moi au fond d'HP a quelque chose de torturant que je ne vous souhaite pas. C'est pourquoi je me permets aussi cette liberté de ton. Et tant pis si ça ne plaît pas.

Commenter cet article