Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #transition écologique

Pour l'avoir déjà écrit et dit si vous avez besoin d'un bourreau pour achever la bête, appelez-moi ! Il y a 20 ans (en 1995 donc) et d'autres depuis plus longtemps encore (le CRILAN par exemple) je m'acharne à expliquer la connerie que représente l'industrie nucléaire. Pour la gloire. Pour en prendre plein la gueule. Pour surtout n'avoir jamais eu le moindre soutien afin d'amorcer des solutions alternatives. Encore une fois ceux qui me connaissent au moins depuis cette époque savent où cela m'a mené. En 1995 (encore) il y a eu des élections municipales, elles ont constitué la manière dont j'ai été marqué au fer rouge localement comme antinucléaire. Et ?

Vingt ans. Les truffes à merde ont certainement encore de beaux jours devant eux, brillants de leur arrogance, étincellants de mépris pour les alternatives, splendides de savoir faire à faire pâlir la planète... À l'époque "ils" (tous ceux qui souhaitaient me voir sur leur liste) ne priaient que par les tranches 3 et 4 à Flamanville. Je ne suis pas sûr qu'il avaient déjà entendu parler de l'EPR qui était pourtant et déjà dans les cartons.

Dix ans plus tard (en 2005) le beau cahier d'acteurs intitulé "Cahier d'acteur sur l'EPR et choix de société", bigre !

Encore dix ans plus tard, aujourd'hui donc entre les déficit des entreprises, les "boulettes" industrielles, les surcoûts, les retards, les divers modes d'exploitation, les crises, les accidents, les incidents; le cœur même de ce qui fait (ou faisait) l'excellence de tout cela, vous savez tous ces gens qui prient le Dieu atome, ceux qui se branlent sur l'argent qu'ils ont en bout de chaine, ceux qui ne savent penser que par cela, pour cela et avec cela font-ils de l'hule avec leurs postérieurs à la lecture de l'actualité ?

Enfin de l'actualité, l'an dernier au mois de mai, il était notoire que la cuve de l'EPR semblait plus être composée de fonte que d'un alliage ad hoc. Une plaque d'égoût. Dégoûts. Et ? Oh, bah vous pas vous en soucier hein, nos tronches vont trouvé une solution pour continuer de faire croire. Et les gens vont y croire. Si lors d'élections il est courant d'entendre "les promesses n'engagent que ceux qui les croient" dans l'industrie c'est pareil.

Nous sommes face à une grande escroquerie, qui non seulement coûte cher, mais à obéré toute autre possibilités. Nous avons mis nos œufs dans le même panier, et non seulement le panier est percé, mais les œufs sont pourris. Je pense ce soir que tous ceux qui nous ont fait avaler ce "choix de société" devraient rasé les murs et/ou dispaître à jamais. J'ai honte malgré ma haine viscérale envers cette industrie, d'avoir eu confiance.

Je ne sais pas quelle sera ma réaction quand je croiserai tous ces gens qui ont fermé la porte à d'autres solutions, méprisé un autrement, repeint de vert ce qui ne peut l'être. Je me disais aussi, oh tu en as un petit grain, tu ne penses pas pareil, mais sûrement que devant cette masse tu as tort, tu vas devoir vivre avec ce dilemne. Vivre où tu es né et a grandi malgré tout. Avec les risques, la honte.

Quand je pense à ces tartuffes qui spéculent sur un deuxième EPR à Flamanville... Et à ces même tartuffes sponsorisé par nos industriels pour faire du porte à porte à liguer les gens contre les éoliennes. À cause des risques sanitaires. Mais ce sont eux le risque sanitaire !

S'interdire la possibilité de faire autrement alors que l'on ne sait même pas faire ce qui les fait vivre. Foutaise des temps moderne. Ben oui les gens, ce "choix de société" tout le monde en a rêvé pour savoir comment il allait pouvoir le mettre plus profond à l'autre. L'autre pouvant être celui qui consomme l'électricité. Et la paye ! Jamais perdant.

Doutant d'être aimable, si jamais je l'ai déjà été, je vais chercher comment mettre au placard tous ces acteurs de "choix de société". Parce que pour moi il n'y a pas de différence psychologique entre un mec qui crash un avion sur une montagne que ces gens qui nous conduisent dans le mur en musique ! À ce demander qui est du bon côté du pyjama...

Commenter cet article