Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck

Cette question me taraude depuis des années, ne me demandez pas pourquoi je la formule comme ça aujourd'hui, dites moi plutôt si vous savez pourquoi !

Tout le monde connaît Sciotot, non ?

Sur ce bout de côte, ça doit faire plus de quarante ans que des frites sont vendues l'été, un peu avant, un peu après, mais Sciotot ça donne la frite ! Même si des trucs s'éfritent !

Mon interrogation ne porte pas sur la frite, mais sur la pizza. Oh pas celle de Sciotot, puisque sauf erreur de ma part, il n'y a jamais eu de marchand de pizza à Sciotot.

C'est rigolo de voir fleurir sur les bords de route des "pizza à roulettes", quelle commune n'a pas son pizzaloïlo hebdomadaire, quotidien... Et pas Sciotot !!! Étonnant non ?

Y aurait-il un partage alimentaire du territoire ? Ou les marchands de pizza fuient l'endroit, pour ne pas se la faire mettre à l'envers ? Si de grandes familles d'origine italienne ont marqué le territoire, la pizza n'a jamais conquis la moindre part de marché sur Sciotot, pour parler un langage économique !!! Déjà les marchands de Khebab ont mis bien du temps à s'installer dans le bourg alors que la mode est déjà largement passée.

Comme au temps où l'on accrochait des gousses d'ail aux portes des maisons pour faire fuir les vampires, ici on met du cochon partout, dans tous les concours, de la bidoche et de l'alcool... Bienvenus au pays des addictes à la macro bouffe marinée...

Si quelqu'un à de la lumière à partager sur ces interrogations, je suis preneur !

Commenter cet article