Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck

C'est à dire que, si je me fie à ce que je peux lire et entendre, des enfants vivent aujourd'hui dans des environnements proches où le mot d'ordre est "Dehors les réfugiés"... Une synthèse d'une "certaine parole" (puante) qui a pignon sur rue, tribune dans les médias, dans les parlements...

C'est à dire que, les enfants de notre pays qui savent à peine lire, écrire, compter vont être plus forgés à la haine de l'autre (et peu importe qui il est), qu'à la grandeur des Droits de l'Homme, du Droit d'Asile... Ben merde, ça va leur faire un choc à tous ces enfants quand ils comprendront, quand ils n'auront plus peur de ne pas être d'accord avec l'autorité sous laquelle il sont...

C'est à dire que, faudrait mieux qu'ils aillent en Arabie Saoudite, aux Émirats, au Quatar où ailleurs, mais pas chez nous. Au passage ce serait comme les éoliennes, on n'a rien contre, mais c'est mieux chez l'autre. Un autre passage pour dire que "ces gens là", ceux qui fuient, sûrement terrorisés, déjà peut-être malmenés par le pouvoir en place dans leur pays, devraient fuir vers d'autres régimes totalitaires. Eh ! C'est comme si vous disiez aux gens de Fukushima qu'ils vont être relogés à Tchernobyl, pour parler local...

C'est à dire que nous occidentaux, tant que nous pouvions vendre nos armes à des dictateurs, en vivre, et bien tout allait bien. Maintenant que ces gens sous la menaces d'armes vendues par les grands de ce monde, et pas forcéments occidentaux, ils peuvent aussi être russes ou chinois, fuient leurs racines, leurs pays, leurs maisons, leurs familles (ou ce qu'il en reste); vous savez tout ce qui fait que l'on puisse se sentir riche ici, nous les condamnerions encore un peu plus ?

C'est à dire qu'il faudrait aussi fermer sa gueule face à ces immondes idées (qui n'en sont pas donc) qui, pour donner un peu plus de grandeur à Nos Terres d'Asiles (sic), n'ont pas assez de mots pour manipuler l'opinion et chercher encore et toujours un, des boucs émissaires sur qui assouvir ses propres incuries, incompétences...

C'est à dire que le mot "souche" revient à la mode, ils seraient surpris s'ils étaient curieux les gens de savoir de quelles souches de couches ils proviennent pour s'arroger un sang pur, une haleine fraiche, des dents blanches, une nationalité dont ils n'ont jamais rien compris et une patrie dont la seule chose qui connaissent est l'hymne national pour lequel, la main sur le cœur (sur le cœur, non, ce n'est pas possible qu'ils en aient un), la larme à l'œil, prêt à exclure l'autre pour garder, conserver "un truc" qui ne leur appartient même pas.

C'est à dire que, moi, la France comme les autres pays autour, en tout cas, ces franges haineuses au QI de bulot cuit me font honte... Je ne me sens ni habiter, ni être du même pays, de la même communauté de pays... Et je ne dis pas que c'est facile, mais que ça sera encore plus difficle si nous sommes incapables d'aider tous ceux qui frappent à nos portes... Je trouve ça bien rance...

C'est à dire que tous ces gens qui ont sûrement beaucoup de passions communes avec nous, des enfants comme nous tous, des filles aussi, qui ne peuvent pas apprendre dans les mêmes conditions que celles qui vont à l'école dans nos pays, des gens qui ont peur de rentrer chez eux le soir après le travail, des gens appeurés comme pouvaient l'être nos grands-parents par le bruit des avions, des bombes; tous "ces gens là", nous les condamnerions à la mort certaine ? Belle mentalité...

C'est à dire qu'il est beaucoup plus facile de fermer les frontières, renvoyer dans des pays en guerre ceux qui touche terre que de se poser la question du comment, du pourquoi, avec qui, et quand ? Mais c'est en cours, se tourner vers l'autre aujourd'hui nous oblige (enfin) à penser le partage, la mutualisation, comprendre aussi la valeur de l'or noir, le pétrole. Savoir, comprendre aussi comment s'en passer pour mieux et bien vivre ensemble.

C'est à dire que la guerre n'a pas non plus un bon bilan carbone, de la fabrication des armes, des porteurs d'armes, de leur usage, leur fonctionnement, leur démantellement, le compte n'y est pas; surtout si l'on y ajoute les dégâts, les destructions, tout ce qu'il faut reconstruire; les traumatismes, les blessures, les viols, les exactions... La liste est longue de ce que l'activité guerrière, même en temps de paix a de néfaste. Dans les alcôves de l'industrie, pour vous dire, on parle aujourd'hui "d'éco système de défense" et d'éco conception... La guerre propre est en route. Dilligentés par des gens propres sur eux, elle n'est faites que de salissures contre l'humanité. Et pourtant on va y retourner... Combien de traumatismes encore...

C'est à dire que si une frange de notre pays n'avait pas migré vers l'Angleterre en 1940, ou dans les maquis, comment nous serions-nous construits ? Si Victor Hugo n'avait fuit vers les îles en face, qu'en serait-il ? Nous feignons de découvrir ce que nous n'avons jamais voulu voir, il est évident qu'autant de lumière d'un coup éblouisse un peu plus. Sans compter sur tous ceux qui se branlent sur l'idée de fuir le pays juste pour avoir le sentiment de faire une bonne opération comptable...

Et je me rappelle qu'un jour des gens ont chanté ça: "Des Gagnants, des Perdants"

C'est à dire que nous risquons tous de perdre dans cette histoire, il n'y aurait que l'Humanité qui gagnerait quelque chose à une résolution de crise. Humanité, humanisme et ses corollaires, biodiversité, multiculturalisme, pluralité, démocratie et paix ne sont pas pour moi de vains mots. Les maux que nous connaissons, symptômes de systèmes désuets ne peuvent perdurer plus longtemps. C'est un sursaut qu'il nous faut, pas de petits calculs malsains.

 

Commenter cet article