Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #vie locale

COMMUNE NOUVELLE.

Janvier 2016.

Cotentin.

 

« C'est bien parce qu'on ne me demande pas mon avis que je le donne ! »

 

Comment entendre « commune nouvelle » ?

 

S'il y a bien évidemment l'aspect législatif de ce nouveau statut créé par la loi Notre qui doit déjà bien cdrer les choses, mon propos sera d'évoquer d'autres manières de l'entendre pour qu'au travers de ce vocable, la possibilité de proposer des organisations nouvelles pouvant répondre aux enjeux et au défis qui s'offrent ou s'opposent à nous.

 

Commune Nouvelle ?

 

Pour répondre à des nouveaux besoins ? Pour faire face à de nouvelles restrictions ? Pour organiser au plus proche des gens une transition écologiques ? Pour mettre en œuvre les grands objectifs européens ? Sur l'énergie ? Pour aider au plus proche ? Pour lutter contre les extrêmismes, l'autoritarisme, le clientélisme, pour un nouvel exercice démocratique de la pratique de la Démocratie ? Pour imaginer une activité pour tous en fonctions de besoins identifiés, avec des formations adaptées, pour une intégration au plus proche du lieu de vie ?

 

La commune nouvelle comme un outil de transition avec lequel toute les forces vivent doivent organiser leur transition sans renier des principes fondateurs et essentiels. Pour être mieux représentés, certes, plus forts peut-être, mais nous le seront forts si nos objectifs sont ambitieux, c'est à dire si la fachosphère est désengorgés, et ça ne pourra se faire sans les transparences, les concertations utiles. Nous avons outre la liberté de penser comment nous pourrions faire, mais aussi l'obligation de le faire.

 

Il serait à mon sens utile que chacun puisse s'approprier les enjeux que ce sont de l'époque, ses dangers, ses risques, ses chances aussi...

 

Si les lois ont encore un esprit, je me permets de dire en fonction d'un projet de charte que j'ai pu recevoir sur la création d'une commune nouvelle les limites que posent les orientations écrites. Je ne sais pas si ce projet est une trame disponible pour toutes les collectivités ou si elle émane des élus de celle-ci mais j'ai quelques craintes.

 

En effet vous pourrez lire en dessous et en bleu les orientations telles qu'elles sont écrites avec un commentaire en noir, ensuite, j'en viendrai à ma proposition d'organisation politique et technique d'une commune nouvelle telle que je l'imaginerai aujourd'hui en fonction des contextes connus.

 

 

Projet de charte commune nouvelle reçu par Corinne. Je ne sais pas si c'est un trame type où si elle émane de représentants. Je la trouve bien pauvre dans cette première partie commentée...

 

 

Les communes de , constituent un espace de solidarité forgé par plus de 30 ans de travail en commun au sein de la communauté de communes de la Hague.

Dans un souci de mutualisation des services et de rationalisation des moyens indispensables au développement et au service de la population de nos territoires ruraux, les élus ont décidé la création d’une commune nouvelle regroupant les XX communes de la communauté de communes de la Hague.

La présente charte a pour objet de rappeler l’esprit qui anime les élus fondateurs ainsi que les principes fondamentaux qui doivent s’imposer aux élus qui auront en charge la gouvernance de la commune nouvelle et des communes déléguées.

 

Les objectifs sont les suivants :

 

- Permettre l’émergence d’une nouvelle collectivité rurale plus dynamique, plus attractive en termes économique, social, d’habitat, culturel, sportif, et en capacité de porter des projets structurants. Les orientations se feront dans le cadre défini par le SCOT.

 

- Assurer une meilleure représentation de notre territoire et de ses habitants auprès de l’Etat, des autres collectivités ou établissements publics tout en respectant une représentation équitable des communes fondatrices au sein de la commune nouvelle et une égalité de traitement entre les habitants des communes déléguées.

 

- Maintenir un service public de proximité au service des habitants du territoire. Il s’agit de constituer une collectivité forte en milieu rural regroupant tous les moyens humains, matériels, administratifs, financiers des quatorze communes, permettant ainsi d’assurer le développement cohérent et équilibré de chacune des communes fondatrices dans le respect des intérêts de ses habitants et d’une bonne gestion des deniers publics.

 

 

La présente charte a pour objet d’indiquer les principes fondateurs qui ont présidé à la création de la commune nouvelle.

 

 

 

Les orientations de la Commune Nouvelle

 

Les conseils municipaux des communes fondatrices partagent les ambitions suivantes :

 

o Garantir la présence d’un service public de proximité sur les XX communes fondatrices. En ce sens, la commune nouvelle s’engage à ce que chaque commune déléguée soit toujours dotée d’un secrétariat de mairie et qu’elle puisse bénéficier des services techniques selon ses besoins.

 

 

 

o Maintenir les structures scolaires existantes.

 

C'est encore heureux que les écoles soient maintenues ! Le dire va de soit, mais laisse t-il penser que cela ne serait pas si évident que cela ?

 

 

o Développer l’activité commerciale, industrielle et agricole. En ce sens la commune nouvelle mettra tout en œuvre pour conserver ces activités actuellement existantes sur les communes déléguées.

 

Je ne comprends pas le démonstratifs « CES », je comprends malgré tout que l'on ne touchera pas aux industries locales ou qu'en tout cas rien ne sera fait pour entraver leur « bon » fonctionnement. Je regrette là que la porte de l'innovation ne soit pas envisagée quand on parle de développement ou que l'on s'attachera à développer encore et toujours plus par un soutien aveugle nos industries locales. Je regrette que ne soit pas évoquée l'idée d'aider et soutenir des entrepise, des commerces et une agriculture de transition. Les collectivités savent bien que des aides sont accordées par la région, l'europe aux territoires qui engagent des démarches vertueuses en termes d'écologie. On ne prend pas ce chemin. Et c'est dommage car il y a là une vraie activité permettant un accroissement d'activité dont chacun pourrait bénéficier au travers d'un emploi. Et l'activité culturelle ?

 

o Améliorer les conditions de mobilité sur le territoire.

 

C'est pas trop tôt ! La région à la prérogative des transports, il y a de réelles difficultés pour les inter cités dans le Nord-Cotentin avec des correspondances pour les départs de trains. Pour avoir déjà longuement disserté sur la question, certains cantons ne sont pas pourvus des transports express de proximité du département. Même à Flamanville on est à plus de six kilomètres du premier arrêt de bus Manéo. Je ne suis pas sûr qu'il y ait une ligne entre la Hague et Cherbourg en dehors de l'été...

 

o Préserver l’environnement sur le territoire

 

Préserver l'environnement ne veut pas dire faire dans l'écologie et en maintenant une agriculture telle qu'elle est, productiviste, les industries locales telles que nous les connaissons, et les commerces principalement sous forme de grande distribution, nous sommes sur des schémas bien loin de l'environnement et encore plus de l'écologie.

 

o Développer l’attractivité de l’ensemble du territoire par une offre de services et une politique de l’habitat ambitieuse.

 

En ce sens ? Non pas là j'aimerai savoir ce que signifie une politique de l'habtitat ambitieuse quand les états des lieux sont bien connus depuis logntemps et que nous en serions plus à chercher comment mettre en place des dispositifs opérationnels pour pallier aux problèmes identifiés. La véritable ambition qu'il faudrait avoir en matière d'habitat c'est de la rénovation biosourcées, de la construction du même nom et passive. La seule amibiton qui vaille en la matière c'est de faire baisser la facture énergétique et augmenter les conforts thermiques, sonores, de qualité de l'air et les ervices de proximité publics ou privés.

 

o Soutenir des activités associatives sur l’ensemble du territoire de la commune nouvelle.

 

 

Soutenir DES !!! Et pourquoi pas soutenir l'ensemble des activités associatives du territoire, je me demande s'il n'y a pas dans l'emploi de ce démonstratif quelque chose de discriminant... En tout cas, de fait pour beaucoup ou pour certains un horizon s'obscurcit ?

 

 

o Mettre en œuvre une politique d’investissements équitables sur le territoire

 

Est-ce à dire que celles menées jusqu'à ne sont pas équitable ou qu'il n'y en a pas ?

Je reste surpris de ne pas l'idée les enjeux de la COP21 restranscritent dans ces orientations, de voir le mot culture, rien sur la santé le bien être, l'usage du littoral, l'usage des sols...

 

2015. Que ce soit par la loi sur la transition énergétique, la COP 21 ou le scénario 100% renouvelable de l'ADEME, ce ne sont pas les outils qui manquent aux collectivités aux citoyens. À la lecure de ces orientations j'ai peur que nous ne soyons bien loin de l'ère du temps, en tout cas de la manière dont ceci est exprimé.

Je pense en cela qu'un Grand Cotentin serait beaucoup plus efficient pour relever ces défis majeurs qui se traduiraient dans la vie des gens si l'approche philosophique, technique, économique, financière, sociale et écologique par une meilleure qualité de vie que ce soit dans leur habitat, dans leur déplacements, dans leur alimentation, la santé et l'accès à la culture.

 

Partager les richesses, les risques pour ensemble fabriquer un monde plus écologique, plus équitable est un réel défi humain. Parce que je ne suis par sûr que cela soit possible, je pense par ailleurs que l'écrire est déjà un chemin du possible, ne pas le dire serait une erreur, ne pas l'entrevoir pire encore.

 

Je sais très bien que la politique a perdu de sa noblesse del'art, mais là, alors que des enjeux fondamentaux doivent trouver des solutions ces orientation purement restrictives, qui traduisent, « on ne change rien et surtout on ne change rien » m'indispose. Désolé.

 

On ne peut pas organiser l'idée d'une « commune nouvelle » sur une gesticulation qui ne prendrait pas en compte les difficultés des gens, d'ici ou d'ailleurs, sans imaginer des objectifs plus ambitieux. J'aurais aimer y voir des choses sur les filières de proximité, sur l'acccès aux soins, sur la santé qui serait bien meilleure avec une autre organisation de la société, du travail, et de son logement, notamment au travers des moyens de chauffage et des conforts associés.

 

JE ne vois pas en quoi les gens dont émanent cette charte auraient besoin d'être, bien , mieux resprésentés auprès des services de l'État et ne pas penser que ça le serait encore mieux avec un grand territoire. Ça tient d'une vision du monde et du territoire restreinte.

 

Voilà donc la première partie de mes observation sur ce que j'ai pu recevoir. 23/01/2016.

Si le Politique, élu, citoyen, entrepreneurs, acteurs, actifs ne s'approprient pas tous ces objectifs, un pan de nous va disparaître dilué dans des pensées, des idéologies extrêmistes dont les perdants seront ceux qui ont déjà perdu. Je ne vois pas dans ces propositions des éléments qui peuvent contre carrer la montée de l'extrême droite, pire, je me demande si ça n'accélère pas le processus. Se réinventer disais dans un précédent article, et je ne lis pas ça. Comme une crispation, un repli, les gens auraient à mon sens tout intérêt à être participants à tout cela, investir le champs politique comme la nature investi le vide afin, comme évoqué, de créer le contexte d'un nouvel exercice de la Démocratie. Sans cela, déjà qu'elle n'est pas très en forme, je crains que nous n'agissions inconsciemment par ce repli à faire disparaître celle-ci un peu plus.

 

Le défi du Cotentin, c'est aussi de participer à une forme de transition en se désaliénant des système de dominances industrielles qui ne considèrent les gens que comme des variables d'ajustement pour de meilleurs profits. Profiter de cette brêche pour le dire, le redire, fabriquer ici une amorce, une esquisse de transition serait, sera une bouffée d'air frais pour beaucoup. D'abord, et avant de dire que c'est possible, faisable, poser les bases, les contours de cette possibilité. La nier, la renier, l'occulter ne favorise aucunement les travaux communs qu'il nous faut mener pour bâtir un autre monde. Déjà commencer, essayer, sinon quoi ? Malgré le poids, la dominance, les milliards, ce système ne résisterait pas à quelques concepts alternatifs mis en place de manière ambitieuse sur le territoire ? Est-il si fragile que cela ? La tromperie serait plus forte encore que l'on puisse l'imaginer ?

 

Je reste intimement convaincu qu'une action politique ne peut se décliner sur un territoire aussi grand, aussi petit soit il sans partager et mettre en synergie active cinq grands chapitres qui englobent le quotidien des gens.

 

En cela, si une noble action politique est encore menable, ele pourrait s'organiser autour de cinq grands thèmes que sont : La Démocratie, le climat, la santé, la culture et le territoire. Je vous invite à subdiviser ces catégories en cinq sous chapitres et ces vingt-cinq nouveaux items en cinq nouvelles catégories. En mettant en synergie les domaines d'actions et en organisant les système locaux adinistratifs, techniques, financiers, humains pour répondre aux objectifs fixés dans les rubriques, alors nous n'aurons pas d'autres choix que d'avoir à œuvrer ensemble pour le bien-être de tous. D'ici ou d'ailleurs.

 

C'est là que commencerait le travail, se concerter sur les thèmes. C'est là que commencera un de mes prochains livre !!!

Mardi 26/01/2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article