Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #transition écologique

Ça fera sûrement partie du débat dans les prochains mois sur l'aile gauche de la représentation politique du pays, sans savoir comment il s'appellerait, l'idée d'un revenu minimum garanti pour tout le monde. Au-delà d'en imaginer son montant, sa mise en place et son financement, quel serait le plus d'un minimum garanti pour tout le monde, quels cadres, quelles contraintes, quels droits, quels devoirs...

Tout d'abord, je pense que dans notre pays et ce serait une hypocrisie de le contester, un bon nombre de français ont un revenu garanti. Pardonnez-moi mais que vous soyez fonctionnaire, actionnaire, propriétaire de stock option, propriétaires de bien à louer, les rentiers, les cumulards, trafiquants, allocataire de minima sociaux, une grande partie de la population à une ressource, parfois faible, souvent insuffisante... Enfin tout le monde, non, beaucoup n'ont rien, pas d'argent, pas de logement, rien, rien, pas de statut, fantômes invisibles dans les villes, les campagnes... Il y a les pensionnés, les retraités, les professions libérales, les auto entrepreneur, ceux qui sont payés en chèque emploi service, le échanges de prestations s'organisent...

En somme, nous avons la chance d'habiter un pays où il liste, à condition de le savoir peut-être une case pour chacun. Je le dis dans un idéal qui n'existe pas, mais dans les faits il est permis de s'imaginer des ressources même s'il est parfois difficile de mettre en place le dispositif pour cela. Et souvent ce que vous gagnez ne suffit pas à couvrir vos charges fixes, vos dépenses de loisirs, de confort, de soins et pourquoi pas de voyage.

En fait créer aujourd'hui un revenu universel, garanti, équitable et cohérent ne peut se faire sans prendre en compte l'existant. En cela, plutôt que de créer un nouveau dispositif de revenus pour lequel dans le pire des cas les autres dispositifs seraient supprimés améliorer l'existant, faciliter certains aspects de la vie serait déjà un plus.

Et je dis cela alors que je suis très favorable à l'idée d'un revenu universel. Et plus que favorable. Mais en imaginant que les dispositifs existent seraient supprimés au profit d'un unique, les particularités de chacun seraient diluées dans le nouveau. Si une allocation adulte handicapé existe, c'est bien en regard d'un handicap. Si l'ASS est attribuée c'est bien en regard d'un volume de travail accompli. Si une allocation chômage est versée, c'est bien aussi en regard d'un travail etc.

La diversité des dispositifs correspond aussi à nos diversités. Mais il y a aussi dans tout cela beaucoup de gens qui n'ont RIEN, RIEN, RIEN. Ne rien vouloir changer à cela revient aussi à dire pour les très pauvres qu'ils resteront très pauvres. LE mirage du plein emploi, le miracle de la croissance bel artifice de la vie politique française qui nous fait croire à la crise qui, une fois passée, tout rentrera dans l'ordre est une escroquerie.

C'est bien parce que le monde change qu'une forme de gauche doit porter la nécessité pour chacun d'accéder à un minimum de confort sans fabriquer des inconforts. Se poser un temps, sortir des stress liées aux misères, souffler et regarder le monde autrement, accéder à la culture, se déplacer...

C'est peut-être ce socle qui manque au pays pour recréer ces liens qui se sont délités plus l'on met les gens en concurrences pour espérer les miettes du systèmes. Les allocataires d'aujourd'hui ne sont pas non plus arrivés là par hasard, et il est heureux n'en déplaise à beaucoup qu'ils aient pu être aidés pour en arriver là.

Les tranches de la population qui vivent avec des faibles revenus utilisent certainement beaucoup plus de combines pour garder une forme de dignité, subvenir à leur besoin; que tout ce que l'on peut voir de dispendieux, de déconnecté dans le même monde où on leur demande en permanence de faire des efforts. Le monde s'est rempli de l'idée du faste, des richesses infinies et concentrées en laissant "croire" qu'avec des efforts vous pouvez vous aussi être milliardaires. Tant que les pays se gausseront de leur milliardaires sans voir les misères qu'ils ont généré, nous n'en sortirons pas. Et tout le monde préfère être très riche, évidemment !

Vous ne pouvez pas aujourd'hui dans notre pays vivre avec des minima sociaux et supporter tout ce qui se dit dans les médias pour peu que vous ayez eut les moyens d'en comprendre la substantifique moelle, pour peu que vous avez encore envie de faire partie de ce qu'on appelle "société", pour peu que vous ayez aussi envie de comprendre sans vous laisser berner par les sirènes de la haine.

Les nombreux dispositifs d'allocations du pays ne sont que le placard de la société où de temps à autre on sort une particularité toujours pour laisser "croire" que c'est encore possible. À mon sens, et même dans notre pays, il est plus humaniste de vivre avec moins de 1000 euros par mois. Vous êtes bien plus proche d'une grande partie de la population mondiale qui vit avec moins de deux dollars par jour. Ce n'est pas un objectif entendons nous bien, mais il est notoire que 8 personnes sur la planète concentre en richesse plus que la moitié de la population mondiale. C'est beau non ?

Si l'on considère par ailleurs que certaines allocations sont insaisissables, sauf par les banques (sic), ce qui serait un plus pour toutes ces catégories de personnes, c'est, en s'inscrivant dans une démarche de volontariat en lien avec les organismes sociaux, publics et pourquoi pas patronaux de permettre d'accroître ses revenus sans perdre sur les acquis. Pour imager mon propos, il arrive que quand vous déclarez deux heures de travail pour un montant de 43 euros, vous perdiez 500 euros d'allocations d'un autres.

Pourquoi ne pas imaginer sur les fractions gagnées au-delà de la partie fixe une taxe solidaire, qui permettrait justement de financer pour d'autres le revenu garanti ? Le long parcours qui vous conduit à devenir allocataire de minima sociaux vous décale aussi des notions de performances nécessaire pour accéder aux entreprises fabriquant de la croissance. Les décalages sont parfois très grands quelques soient les causes qui vous auront conduit à ce statut (maladie, perte d'empli, accident...).

J'avais proposé en 2008 lors de la campagne des municipales que la commune épargne 5€/mois par naissance jusqu'à la majorité de l'enfant pour lui permettre d'accéder à un pécule pour ses minimum d'alors... Prendre en compte les générations futures, ne pas être obligé d'aller travailler dans des endroits loin de votre obédience, vos aspirations, vos motivations...

La Taxe Tobin ou une taxe du genre permettrait aussi d'aider au financement du ou des dispositifs à imaginer pour aider les populations en difficultés. Permettre d'aider au plus proche de soi, pour améliorer l'habitat, faire les courses, le ménages, des trucs de rein créant des liens, sans forcément avoir à se placer dans des liens de subordination si ce n'est d'accéder à une forme d'autonomie en société.

Ne pas être obligé en regard de ses faibles revenus de participer au consumérisme qui lui aussi crée des grands désordres planétaires.

Le revenu garanti devrait être associé à une forme de statut qui bien avant d'entrer sur les marchés concurrentiels avec toutes les contraintes associées simplifierait la vie de beaucoup. En somme, si votre statut est déjà garanti par le type de vos allocations fixes, mais que celui-ci organise des handicaps créer des palmiers intermédiaires apporterait de solutions de proximité pour beaucoup. Le fossé entre le monde dit de "l'assistanat" et celui du monde réel de l'économie est bien trop grand, bien trop complexe à franchir, d'autant qu'en fonction de votre statut vous êtes aussi plus facilement discriminé.

En tout cas, et pour ramener ça à la primaire de la gauche, si l'idée du revenu garanti a été perçue comme un truc jeté à l'emporte pièce, la réplique du Manu est encore plus stupide. Penser qu'aider les gens ruinerait le pays n'est pas digne d'un candidat de gauche. Je réserve encore un temps comment procéder techniquement avec ce qui existe en fonction des expériences que j'ai pu mener ces deux dernières décennies où bien des écueils auraient pu être évités si des paliers intermédiaires avaient exister.

Et il y a un écart énorme entre dire "je pense qu'un revenu universel garanti peut s'imaginer" que "je crois que ça ruinerait le pays", ça dit les diversités des gauches pour lesquelles je ne parviens pas à comprendre le raccourci qu'exprime la société française en salivant sur les idées archaïques du repli sur soi identitaire. Il y a plus de fraternité dans le concept du revenu universel, plus d'égalité et si chacun peut y trouver plus de liberté nous sommes bien plus proche d'une forme de transition écologico sociale que dans tous les autres débats croissantistes.

Commenter cet article