Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Il va falloir savoir conjuguer le verbe cuver à tous les temps. Généralement quand il y a des problèmes, un accident, un incident; une chaîne de responsabilités est cherchée pour éviter que cela ne se reproduise. Aujourd'hui, dans le monde tel qu'il fonctionne, ou par ce que j'en perçois, dans mon quotidien, dans ce que je lis, j'entends, je constate, je me demande jusqu'où nous ne sommes pas plutôt face à des chaînes d'irresponsabilités.

Malgré les organigrammes, les rémunérations, le bon sens, tout paraît si insurmontable quand il faut décider de quelque chose. Du local à l'européen, au monde en passant par le pays tout n'est que tergiversations servant l'envers des causes que l'on prétend défendre.

Dans tout cela, la presse locale nous informait il y a peu que l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) lançait une consultation du public sur son site internet pour recueillir les avis de ceux qui en auraient un.

Si l'ASN attend les avis du public sur la cuve, elle pourrait alors le faire aussi pour la qualité des soudures, pour le ressenti de ceux qui y auront travailler. On sent dans cette gesticulation le courage politique et celui des instances décisionnelles.

Il aurait suffit de demander à la population au travers d'un sondage: "Que ferez vous le jour du démarrage du réacteur ?" pour en connaître un peu plus sur l'avis de la population, et par forcément que locale, sur ce fameux réacteur fleuron de la technologie nationale.

Dire ce qu'on en pense aujourd'hui alors que la cuve était faite avant la signature du décret de création du chantier EPR suffit à ne rien en dire ou en tout cas pour moi pas sur le site de l'ASN.

Quand on sait comment s'organise le travail en terme de ressources humaines depuis plus d'une décennie, quand on sait les difficultés à obtenir des matériels et des matériaux de qualité pour effectuer des travaux qu'il faut souvent défaire et refaire, on peut tout aussi bien douter de la résistance globale de l'ensemble qui doit aujourd'hui plus ressembler à un gruyère bien troué.

Pour information, une entreprise du bâtiment qui doit construire un bâtiment doit en terme d'étanchéité à l'air de celui-ci n'obtenir une fuite d'air représentant un trou dans les parois de huit centimètre de diamètre. Je serais curieux de la réalité de surpressions internes au bâtiment réacteur, juste pour comparer à qui l'on pose de vrai contrainte aujourd'hui dans la vie, à quel coût sociétaux, économiques, écologiques; sans compter que pour une entreprise du bâtiment, réaliser un chantier dans ces conditions de temps, de coûts et de résultat en plongerait un paquet dans les faillites morales, économiques, sociales...

Il existe pour moi une forme de cynisme à ne considérer que seule la cuve poserait problème dans cet EPR, et faire poser la décision sur ce seul aspect de l'ensemble du problème biaisera de fait les débats. C'est un échec industriel. Stop. Mais on arrête tout, rabâcher qu'il faut en faire pour maintenir des compétences alors qu'on ne les a déjà plus n'a pas de sens. C'est jeter l'argent par les fenêtres sans que l'on ne puisse avancer sur d'autres sujets bien moins dangereux, bien moins polluants, bien moins risqués, bien moins chers et beaucoup plus utile.

L'ensemble des décisions liées à cette construction est une chaîne de mensonges, d'escroquerie sur laquelle il faudrait immédiatement tirer un trait pour passer à autre chose. Déjà ce truc là, juste ici aura coûté une bonne douzaine de milliards d'euros avec un résultat fort médiocre, voir nul et il faudrait ne faire six ou plus... En nous faisant "croire" que par six ça coûtera moins cher ? Approche ta joue M. Ducon Quidissa...

Et puis six en Inde sur des zones sismiques en toute impunité. Doivent avoir de sacrés commerciaux pour berner à ce point les peuples et leurs représentants, piètre manière d'aborder le monde, les manières de "gagner" sa vie, en fabriquant de la mort. Si quelqu'un me trouve un ouvrier ou un cadre qui aura déjà été satisfait du travail qu'il a produit ici, en dehors de ceux qui sont obligés de dire que tout va bien, malgré le retard qui dépasse le temps de construction initiale... Je veux bien le rencontrer. Sont quand même forts !

Peut-être faut-il aller en masse dire stop sur le site de l'ASN, peut-être faudrait-il déjà prendre le temps de l'écrire à la main et de le poster son avis et de faire savoir à tout le monde l'échec industriel que représente ce projet. Que si personne n'en voudrait à côté de chez soi, pourquoi alors prendre le risque de le démarrer ailleurs ? Que les centaines de personnes qui viennent de région où l'on a fait sauter des bicoques pour bien moins que ça laisseraient-ils en toute impunité une expérience de ce genre alors qu'ils ont participé à cet échec industriel ?

M'en vais aller les trouver pour qu'ils disent tous pourquoi il faut arrêter ce truc. Qu'on a bien rigolé, gagné notre vie, bu des coups et sauté des nanas, vu un joli pays, et que du coup ce serait bien criminel d'enfouir tout ça sous une pluie mal maîtrisée. Peuvent bien tous faire les cake à se pavaner sous couvert d'un emploi et d'un projet qui satisfait tout le monde y compris les opposants qui ont ainsi l'occasion d'exprimer des avis divergeant du monde nucléaire dans lequel on enferme bien plus que nos libertés. Aussi, nos consciences, nos espoir d'un monde meilleur, moins dangereux. Parce qu'il n'y a pas d'autre solution que de programmer une sortie radicale, et ça ne veux pas dire anarchique, ça veut dire que tout débat où les perspective sont plus ou moins longues ne sont que des balivernes, une manière de nous aliéner un peu plus à l'échec, au danger, aux psychoses. En cela, c'est criminel.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog