Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Consultation du public, projet PPI CNPE Flamanville...

S'il fallait entendre « consultation » au sens médical du terme, nous apparaîtrions comme des grands malades (le public) d'accepter un projet de PPI comme celui qui nous a été proposé à lecture. De grands malades car cela vaut acceptation du risque de manière aveugle, alors que celui est bien trop peu assuré, assurable... S'il est aimable à l'État de nous proposer des scénarios où tout paraît si lissé dans le fonctionnement, la prise de décision, l'information je me suis d'emblée posé la question de savoir si, et sinon pourquoi, le même type de consultation n'était pas proposé autour de tous les CNPE de France, et des installations à risques classées, connues jusqu'à maintenant ? Il me semble que les documents étaient confinés et consultables seulement dans les 40 communes concernées par les périmètres définis par le PPI. L'époque me semblant être à la dématérialisation des documents publics, ou destinés au public, celui-ci, et à mon sens tous les riverains des CNPE devrait avoir le même degré d'information sur les risques et les scénarios de crises, les comportements à tenir... D'autant que les CNPE brassent des ressources humaines de nombreuses régions de France et d'Europe, que le turn-over des personnels est assez grand, et que les réactions attendues et conditionnées par les directives de crises peuvent être loin des espérances.

Pour avoir posé la question à la préfecture le 01/12/2018 via son site internet, et après avoir reçu la réponse automatique stipulant un engagement à répondre dans les trois jours, je n'ai pas eu de réponse...

Sauf erreur, les CNPE des bords de mers ont plutôt vocation à fonctionner l'été. Or, c'est la période où le territoire accueille le plus de visiteurs. Par ailleurs, on s'évertue toujours à vouloir développer le tourisme, bien hypocritement sûrement, car ce serait considérer que tous les responsables du Cotentin qui voyagent ailleurs en France et dans le monde n'ont aucune capacité d'observation, d'innovation et d'initiative sur ce sujet. Nous savons déjà l'attention particulière qui est portée lors de rassemblement populaire sur des notions de sécurité type vigipirate, sauf à considérer les forces de l'ordre mobilisable en cas de crise surhumaine, comment penser à la sérénité d'un accident à cinétique rapide et à sa gestion en plein été ? Comment seraient alors prévenus les touristes étrangers ? Textos en plusieurs langues ? Avec forçage des zones blanches ?

Les risques que nous font courir ce genre de CNPE, leur âge, les coûts, et le monde auquel ils nous font « croire » aveuglément ne vaut pas d'avoir à pinailler sur le fait que tel ligne sera rouge, bleue, franchissable ou infranchissable en cas d'accident. Ce serait tellement si simple si la source de l'accident potentiel n'en n'était pas la cause, que ces CNPE arrête de fonctionner est la meilleure manière de mettre les populations en sécurité, la moins cher, la plus compréhensible. Nous ne pouvons pas espérer changer de monde en perpétuant le mode de vie qui va avec les CNPE. Comme un cercle vicieux, c'est tellement dangereux qu'il faut réparer à coûts élevés, ne pas le faire serait plus dangereux que le projet à l'origine. Belle affaire, EDF, comme un cycliste ne doit pas, ne peux pas arrêter de pédaler, sinon, il s'écroule ; au risque de perdre le contrôle. Personne ne peut dire si le vélo ou le cycliste explosera en premier ! Le contrôle demande de plus en plus de moyens... Le modèle énergétique grassement financé s'accompagne donc d'un projet d'évacuation, au pire sans retour, qui est, ou était, à cette date, porté à la connaissance du public. Nous sommes tous plus qu'otage d'une situation, d'un modèle énergétique qui entrave l'idée d'une transition énergétique et écologique. Le fait de dire de la nucléaire est décarboné (ce qui reste plus que douteux) n'ôte pas les risques associés. De plus, nous sommes otages de dissonances entre les responsables. En effet, il est de notoriété que le maire de Flamanville prône lui pour un maintien sur place des habitants, et que de l'autre l'évacuation peut être la solution choisie. Il y a certainement dans cette cacophonie une manière de diluer le problème que cela représente, créer du partisianisme face au même problème sans remettre en cause la source de celui-ci.

Je n'ai pas idée de savoir comment si un problème surgissait sur l'un des sites sensibles du Nord-Cotentin, comment les accès aux sites sans problèmes se fera, sous quelles formes de contraintes les salariés auront obligation de franchir des zones interdites pour aller travailler, à quel risque sanitaire ? À quels risques technologiques supplémentaires si des salariés des sites étaient touchés par les nuages contaminés... On sait trop ici l'impact de quelques dizaines de centimètres de neiges sur les routes pour prétendre que tout se passerai bien... Comment préserver un nombre de salariés suffisants pour les opérations courantes de sites sensibles ?

Je ne comprends pas bien pourquoi les communes concernées par le PPI sont par avance liées à une autre commune pour l'évacuation. S'il fallait fuir dans une autre direction que celle des villes refuges où irons-nous ?

Comme j'entends les gens ici, il y aurait une envie d'évacuation préalable au démarrage de l'EPR, si jamais un jour... C'est dire la confiance attribuée en nos fleurons... Je me suis demandé un jour pourquoi autant de photos de la mer, des couchers de soleil, en toiles, graph ou autre existaient ; notre inconscient collectif nous dirait-il que nous pourrions être privés de tout cela ? Décidément dans la Manche, nos point de vue sont incontournables... Cultivant l'art et la manière, à l'instar d'une partie de l'humanité, de satisfaire avec cynisme et froideur aux choix à la démocratie douteuse, aux risques certains, aux économies périlleuses...

Dans la mesure où je ne suis pas d'accord sur le fond, je n'ai pas plus d'avis que ça sur les formes et manières dont on traiterait les riverains du CNPE, pensant qu'il serait tout aussi urgent de débattre des manières de sortir du nucléaire qui nous épargnerait ce genres d'hypothèses morbides...

 

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog