Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck

Pour ceux qui en douteraient encore, pour attester de la faillite d'un monde, je vais m'attacher à vous présenter prochainement, un bilan comparatif qui ne pourra pas être tout à fait exhaustif, mais dont les grandes lignes permettront aussi de comprendre certaines colères et énervements.

Par tranches de dix ans, dans les rétroviseurs, au plus proche, un projet de bâtiment démonstrateur pour développer une filière d'écoconstruction associée à des plans de formations et d'économies d'énergies à l'échelle d'un territoire à l'origine grand comme la Feu 2CP. Ainsi, depuis dix ans, on sait tous localement et bien plus loin voire à peu près partout que l'on sait construire des maisons qui étaient en rapport des standard de l'époque, trois fois plus performantes que le label "passif". De plus, nous savons que cette approche permet de stocker du carbone. Dans le bilan, nous découvrirons en fonction des mètres carrés de murs de bâtiments construits combien de carbone aura été stocké.

Si dans le Cotentin, tout ceci est resté lettre morte, ailleurs, beaucoup en auront profité, en profitent encore et en profiteront toujours. Il n'y a qu'à chercher un peu pour constater le potentiel immobilier que représentent l'éco construction bio et géo sourcés. Mais nous n'en sommes encore que là, ici. En dix ans, c'est fou de voir le gâchis organiser sous couvert de je ne sais quelles nécessités. Des millions, des milliards investis pour le résultat que l'on sait. Que l'on veut bien savoir, que l'on peut feindre de connaître ou nier.

Continuant de nous aliéner à un monde marchand qui part en luciole, en prétextant l'inéluctable, l'impossibilité d'un autrement, par confort sûrement, par facilité aussi et n'en doutons pas par une grande lâcheté. Le cours de la conscience me paraît tellement bas ici que je m'attends encore au pire, même s'il est déjà bien engager. S'évertuer à montrer autant de mauvaise foi, de déni, de coups-bas, pour ce résultat c'est avant tout détruire les socles de ce qui fait société dans un pays comme le nôtre. Que le veuille ou non.

Mon énervement, ma colère sont inversement proportionnels aux écarts que je mesure quand je compare les moyens que "nous", les réseaux de pailleux, d'écoconstructeurs, d'écolos, même bobos, les NégaWatteurs (et trices), de tous ceux qui participent de cet autrement, nécessaire; et ceux attribués à tout ce qui nous détruit. Je n'ai pas de nom, de qualificatif pour vous donner une représentation du désastre que je ressens, de ces misères que l'on entretien.

Le tacatac des ces derniers jours résonnent dans ma tête, figurez-vous qu'en dessous, alors que dans les cerfa remplis pour demande d'autorisation, prétextant que les nuisances sonores sont limitées au limites du chantier; ces tacatac se justifient par le fait qu'une dalle immense a été construite, et qu'elle est en cours de destruction. Faire et défaire, la grande loi de l'économie de croissance ? Je pense que ceux qui ont fait cette erreur ne sont ni sur les machines qui réalisent la destruction, ni à proximité, et encore moins ne vivent à côté. Ainsi va la vie au pays des atomistes heureux !!!

La grande tartufferie des temps modernes, arghhh, j'ai mal...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog