Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck leblond
Objet : reconnaissance travailleur handicapé. La commission de la CDAPH réunie le 29/05/2007 a rendu un avis concernant ma demande de renouvellement de travailleur handicapé. Reçu samedi 16 juin à mon domicile, il est écrit en gras, je cite : « La commission vous a refusé la reconnaissance de travailleur handicapé car vous ne pouvez actuellement pas travailler. » Ni handicapé, ni travailleur… Que suis-je alors ? Si cette question n’était pas devenue, avec le temps, obsessionnelle ; aucune réponse ne se présente à moi aujourd’hui. Si dans les formulaires de demande, la possibilité d’être entendu ou à minimum écouté est offerte par la MDPH, je regrette qu’en ce qui me concerne, l’absence de concertation, qui plus est pour rendre un avis qui me plonge dans un vide structurel. Pour avoir souvent exprimé qu’il me semblait m’équilibrer dans l’abstraction des structures, il n’en demeure pas moins, que pour un sujet schizophrène le sens est important. Celui qu’il donne à ce qu’il fait, à ce qu’il entend et son interprétation, le sens caché des mots moteurs d’une intégration socio professionnelle dont beaucoup sont exclus. En admettant que je ne sois plus handicapé, suis-je guéri pour autant ? Puis-je tenter d’arrêter le traitement ? Est-ce ce simple élément qui peut déterminer la profondeur du handicap qui me caractérisait ? S’il est admis que je sois sorti des notions d’handicap, je vais me sentir fonder à exprimer comment j’ai auto-géré cette évolution, les objectif aussi abstraits soient-ils que je me fixe pour avancer. La priorité étant pour beaucoup de savoir dans quelles conditions de ressources vous pouvez organiser votre vie, ramené aux « ni handicapé, ni travailleur » d’un point de vue personnel cette décision oriente un néant douteux. Il est possible que mon point de vue soit erroné, sûrement existe-t-il une solution lorsque ce genre d’avis est rendu, mais au moins pourraient ils l’exposer dans les notifications ; sans qu’elle ne perturbe un peu plus un psychisme particulier. Ce qui est sûr, aujourd’hui, c’est un besoin d’explications pour statuer sur une saine évolution. Merci de m’aider en ce sens…

Commenter cet article

Sophie 27/06/2007 09:18

Je viens ajouter de l'eau à ton moulin...histoire aussi d'apaiser la mauvaise humeur qui m'a gagnée ce matin à l'ouverture de ce courrier.
Voilà, un quidam, suite à un accident de travail ( bénin précision indispensable...) vient de se faire reconnaitre un taux d'incapacité à 4% assorti du versement d'une indemnité compensatoire de 1400€ pour, je cite: raideur musculaire de la cheville séquentielle à une entorse....
Si ce personnage a une incapacité, ce n'est pas celle en tout cas de se glisser dans les failles du système et d'en user et abuser.
Et si incapacité il y a, c'est bien celle des administrations qu'il faut pointer du doigt.

zorette 26/06/2007 22:00

effectivement y'a non sens ! espérons seulement une erreur de frappe d'une institution, comme toute les autres, hyper informatisée...peut-être pourrais tu, si ce n'est déjà fait, prendre contact avec eux et demander une explication de texte. Ton trouble, ta colère, tes interrogations sont complétement légitimes mais ne reste pas sans réponse...y'a de quoi devenir dingue...!

Articles récents

Hébergé par Overblog