Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck leblond
Une grande enseigne commerçante locale, par l’intermédiaire d’un de ses responsables, a interpellé ma génitrice au sujet de chèques impayés que j’aurais établi, et du gène occasionné pour récupérer l’argent correspondant. Bien entendu je fus le dernier au courant de ces reproches mais aussi le premier surpris. J’ai bien conscience d’avoir laissé une ardoise en 2003, mais le tribunal de commerce ayant statué sur une insuffisance d’actif le 26/03/2004 soldant par la même ma liquidation ; ma dette chez ce commerçant fut annulée. Ils ont perdu 295€ sur au moins 11000 dont je peux justifier la dépense sur factures ou tickets en huit mois d’activité répartis sur trois ans. Je ne compte même pas toutes la thune que j’ai déversée dans cette boutique depuis qu’elle existe. Une perte certes, mais qui aurait tout aussi bien être une ristourne si le responsable du magasin avait pris le temps à l’époque de me recevoir pour déterminer une politique d’achat plus subtile. Il n’avait jamais le temps… Cela représente 2,7% des dépenses engagées, une fine négociation aurait peut-être permis une ristourne de 5 à 10 % aussi je pense qu’ils sont encore gagnants. Et puis tout le monde sait que les grandes surfaces répercutent dans les prix de ventes les divers aléas économiques (pertes, vol, dlc dépassée, etc.…)
N’ayant pas bénéficié des largesses de la collectivité ou de qui que ce soit d’ailleurs pour refonder une économie saine, la déclaration de cessation de paiement incluait une reconnaissance de dettes enregistrée au BODDAC. Je ne comprenais pas ce qu’on pouvait me reprocher aujourd’hui avec tout l’impact moral digéré ces dernières années. Arrivé de bonne heure ce matin dans cette boutique, il apparaît qu’il y a erreur sur la personne. Un malentendu, comme de ces histoires où l’on condamne toujours par avance, et de ces gens maladroits qui utilisent toujours des tiers pour avoir écho. Le responsable parlait de porter plainte à la gendarmerie… Ça m’a quelque peu énervé, et j’espère qu’il aura le tact de demander des excuses à ma mère… Qui s’est fait un sang d’encre.
Moi c’est une autre histoire… Je ne suis pas sûr d’excuser une grande enseigne distributrice de sacs plastiques, vendeur de carburant, de fruits douteux.... La collectivité se valorise de ses grandes surfaces aux emplois précaires, plombant le petit commerce… Je ne suis pas sûr d’y remettre les pieds, même si je fus un des premiers à y entrer à son ouverture au début des années 80 et de l’aspect pratique… Je ne suis donc pas sûr de leur faire une quelconque promotion et si j’ose, je vous demanderai d’en faire de même…

Commenter cet article

Guillaume M 29/08/2007 15:55

des pratiques d'épicier poujadiste dans la "grande" distribution... affligeant!

Articles récents

Hébergé par Overblog