Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck leblond
Publié dans : #social
C'est sûrement pour se donner bonne conscience qu'une journée est consacrée au refus de la misère. Chacun dans sa vie en ressort une définition, une image, un ressenti ou une expérience. Misère structurelle, temporaire, orchestrée, plus de 7 millions de nos concitoyens vivent avec moins de 817€ par mois. Seuil fixé par des décideurs, organisations, qui n'ont jamais du vivre eux en deça de ces seuils. Les riches parlent des pauvrent comme s'il savaient ce que c'était. Partout où je suis passé j'ai vu, j'ai ressenti et vécu une forme de misère. Affective, financière, matérielle, culturelle, sanitaire, sociale, professionnelle, familiale... Toujours fonndées sur l'ignorance, fléau des temps modernes dont le pouvoir s'accomode pour mieux reigner. Dans une époque de mondialisation, 1,7 milliards d'individus vivent avec moins de 2 € par jour, les vaches européennes sont plus riche qu'une partie de la population mondiale. Combien n'ont pas accés à l'eau, à la culture, à l'électricité, aux soins, aux divertissements, à l'activité de loisir, au travail rémunérateur? Tant de manques, de carences créent des catégories en proie à l'addiction, aux croyances, aux impôts sur le rêve pour améliorer de manière ephémère un quotidien précaire. Je ressens souvent plus de misére quand une collectivité ne répond pas aux questions qui lui sont posées, dans une administration qui botte en touche que dans la main tendue d'un mendiant qui fait lui l'effort de communiquer en tendant la main. La misère, c'est ce pouvoir qui connaît des solutions mais se refuse de remettre en cause de intérêts privés alors qu'ils se posent tous en anges de l'intérêt collectif.

Commenter cet article

calim 18/10/2007 11:54

on aura beau avoir envie de refaire le monde, il a pris ce chemin depuis un bon moment maintenant.
Je me souviens avoir passé un examen il y a fort longtemps dont le suijet était " The American Dream: dream or nightmare?"

Finalement, on reprend toujours les mêmes et on recommence....

Guillaume M 18/10/2007 11:40

tout à fait d'accord avec toi... encore une fois, la forme importe plus que le fond, pour les décideurs... Il semble plus important de donner du rêve aux gens (et donc de les mettre en phase avec l'envie de consommer) que de leur assurer un confort de vie acceptable.
un genre de rêve américain, donc, avec les mêmes vices et injustices.

Articles récents

Hébergé par Overblog