Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck leblond
Publié dans : #écologie

Du terrain pathologique aux situations traumatisantes, en passant par les délires, l’isolement ; pour travailler à une forme de stabilisation sanitaire et sociale, en quête de sublimation pour espérer une réhabilitation au travers d’une autre insertion.

 

Quel avenir imaginer aux victimes de pédophiles ? Aux victimes de viols, violences, d’attentats, de dominance, d’exploitations inhumaines ? Aux victimes de la stupidité des Hommes.

 

Quel sens doit-on donner aux mots de Svetlana Alexievitch dans la supplication édition JC LATTES ; je cite page 188 :

« … Comme dans la célèbre formule de Mitchourine : « nous ne pouvons attendre que la nature nous accorde ses faveurs, notre tâche est de les lui arracher. » C’était une tentative d’inoculer au peuple des qualités qu’il n’avait pas. De lui donner la psychologie d’un violeur. Un défi à l’histoire et à la nature… »

 

Préférer l’abstinence à une maladroite dominance, pour mieux apprendre, comprendre, attendre de l’autre.

 

Ne pas se résoudre à l’acte consommé et consommant pour adopter un comportement nouveau. Quitte à revendiquer le statut d’alternatif autant l’être aussi dans ma relation à la femme pour sortir des schémas conventionnels.

 

Quelles formes de stimuli mettre en place pour permettre aux personnes en difficulté psychologique, en décalage (!?), de surmonter de manière structurante ce genre de problèmes parfois passagers, parfois chroniques, parfois plus lourd ?

 

Si les regards changent avec le temps, bien des tendances sont encore à inverser.

Lasser d’entendre, dans l’expression du ras-le-bol, ceux qui voudraient tout faire « péter », sans qu’ils n’aient jamais vécu, vu, subi, organisé de chaos ; je suis préoccupé, malgré notre confort, de ressentir autant de violence aujourd’hui.

 

Issu de minorité de minorité, je ne souhaite pas le statut d’exemple, ne serait ce que par rapport à des pratiques d’addiction non encore résolues et dont je suis lucide…

 

Si je devais définir mon caractère révolutionnaire, je dirais que j’ai juste peur de mourir connement !!!

 

Chacun dans sa forme d’opposition espère t il par la violence remplacer les pouvoirs malmenants ? Pour faire quoi ?

 

Tant que nous n’aurons pas fait nos révolutions individuelles, nous serons enclin au conflit. Dans un pays de tradition écrite comme le nôtre, suffit-il d’écrire pour protester, contester, élaborer, promouvoir un « autrement » à visage humain ?

 

Économies de marché ? Le pouvoir ne fait-il plutôt pas son marché aux économies ?

Pour mieux vivre dessus !!!Beaucoup d’indicateurs ne trompent plus sur l’état du monde et de la planète sur lequel il vit.

 

Je constate que beaucoup de solutions alternatives restent à la marge. Ne flattant pas suffisamment les dominants, démontant point par point les dogmes sur lesquels se fondent les puissances économiques, religieuses, militaires ; bien arrogantes.

 

La route est encore longue pour détruire les croyances qui manipulent le monde, le chemin n’est pas tracé et le véhicule n’existe pas encore pour le prendre.

 

La pensée peut être ?

 

L’entreprise peut-elle tendre vers l’organisme sociobiologique ?

 

Quel genre de monde à construire donnerions-nous aux nouvelles générations si le monde était à refaire ?

 

En la matière, le commun pense que « l’on ne refait pas le monde », peut-on se satisfaire de ce qu’il est pour ne pas avoir envie de le changer ?

 

Peut on aborder les énergies renouvelables avec des archétypes de la pensée ? Ne doit-on pas nous-même être renouvelables avant d’espérer une révolution comportementale ?

 

Je n’invente rien, je ne suis que le prolongement du travail d’autrui, ma contribution est sincère, pragmatique, réfléchie, émancipée ; à l’anti-thèse du conformisme ambiant. Je ne suis qu’un prolongement dans un environnement socio-économique particulier, où je n’ai pas moins de particularité à faire valoir…

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog