Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck leblond

Écorchures de pommes de terres.

 

Pour évaluer, comprendre, qualifier ce que je suis, il faudrait qu’un débat puisse être organisé autour de ces questions :

 

Comment, où, à quelle époque est arrivé le skim board sur la plage de Sciotot ?

 

Comment, où, à quel époque le speed sail et le char à voile à pris son essor localement ? Avec quels moyens humains, financier, matériels ? Quel développement a connu cette discipline ?

 

Comment, pourquoi en est-on arrivé à cette organisation d’animation tel que les tournois de « beach volley » à sciotot ?

 

Comment, pourquoi le collectif associatif est il parti de zéro employés en 1995 pour en arriver au niveau où il est aujourd’hui ? le développement tel que je le constate est il une nécessité, une opportunité, une obligation, une mode, une expression de dirigisme servant des intérêts mal définis permettant d’asseoir une pseudo paix sociale ?

 

En quelle année des animations de fabrication de cerf-volant ont été réalisés avec des classes de mers à Sciotot ? A quel coût, dans quel objectif, avec qui ?

 

Depuis combien d’années existe une cabane à frites à Sciotot l’été ?

 

Quelle association a trusté les victoires dans le feu tournoi multisports organisé sur Les pieux ? Avec quel encadrement ? Quelle coordination ? Quel esprit ? Quels formateurs ? Quels moyens ?

 

Alors que le monde politique et bien pensant s’arroge un discours écologiste de développement durable, combien auront été stigmatisés pour leurs projets, leurs idées, leurs envies, leurs propositions, leurs conceptions ? Les marges du passé deviennent les normes avec les évolutions sociétales que s’approprient des hypocrites arrivistes.

 

En quelle année a été déposé le terme « beach volley » à l’inpi ?

Sur quelles impulsions sont nés les tournois de beach volley à sciotot ? Quand ? qui ? Pourquoi ?

 

Depuis quand y a t il des concerts en plein air à Sciotot ?

 

Combien de personnes ont été initiées au boomerang, aux fléchettes, au frisbee, au volley, au beach volley, sensibilisées aux énergies renouvelables, où ? quand, comment ? par qui ?

 

Et encore une fois avec quels moyens financiers ?

 

Combien d’actions de prévention sida ont été organisées dans quels contextes, avec quelles structures, quand, sur quelles impulsions ?

 

Combien de tonnes de terres auront été écoulées à Sciotot ?

 

Combien de gens de ma génération, je suis né en 1970, ont connu et participé à un conflit armé ? ou plutôt pour être plus précis combien de gens dont ce n’état pas forcément  la vocation ?

 

Quelles esquisses de la gauche plurielle avait-on avant 1995 ?

 

Quel pourcentage de personnes ayant vécu des accidents psychiatriques lourds peuvent prétendre s’équilibrer dans leur environnement initial en autonomie quelques années plus tard ?

 

Combien d’annonce d’offre d’emploi liés à l’environnement paraissent chaque jour sur internet dans notre belle région ? Pour rapproché le discours de l’activité crée ?

 

Combien de questions orales, écrites sont restées ici sans réponses ?

 

Et j’en aurai une dernière d’actualité, début juillet la municipalité décidait de venir en aide aux commerçants du bourg pour un salon qui n’avait pu se tenir en raison une indisponibilité de salle et le mois d’après en pleine page dans le journal local on apprenait que les commerçants du bourg se gavaient de l’accroissement de personnel venus pour l’epr. Epr qui soit dit en passant prend autant de retard que d’existence. Pour un jour travaillé, c’est un jour de retard pris. Certains n’ont pas fini de s’en mettre plein les poches…

 

On peut donc tout se permettre… C’est ça la liberté…

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog