Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck leblond
si les très très riches deviennent moins riches, est ce que les plus pauvres vont devenir plus pauvre?
si les très très riches deviennent moins nombreux, seront ils plus riche? Jusqu'à la prochaine fois! Il faut les voir se démener pour justifier l'intervention de l'État partout où ils avait brader pour les plus riches laissant les plus démunis dans le désarroi. Les pauvres ne demandent pas tant de milliards pour l'être moins. Ils, les pauvres, s'accordent sur des notions de misères hors du strass, des médias, du people pour se découvrir d'autres richesses. L'humilité en est une. Elle n'existe plus (ou pas?) dans les représentants élus ou non, d'où qu'ils soient essayant de trouver des explications à l'époque difficile pour les boursicoteurs.
Honte à eux! Quand on nous parle de confiance, on est en droit de se demander en qui, en quoi on peu en avoir. Chaque jour qui suit nous offre en pâture la perversion du système et de leur meneur et toujours un peu plus nous courbons l'échine écrasés de bêtises.
Si vous n'avez pas d'épargne, pas d'actions, êtes vous tranquille pour autant? Ceux, jouant sur les peurs, dirons que votre emploi est menacé. Ceux qui n'en n'ont pas, d'emploi, les gangraineurs de système, les assistés; les laissés pour compte, en fait, de systèmes jugeant toujours mieux de donner ailleurs de miettes pour "faire croire" à une pseudo philanthropie; ceux là donc sont tranquille déjà bien endurcis à la galère. 
On nous a tellement bourré le mou avec les privatisations inéluctables pour des raisons de performances, de compétitivité, de globalisation des marchés que, aujourd'hui que tout s'écroule, le pire: sans qu'on sache vraiment pourquoi, ces "on" devraient s'effacer pour ne plus exister, tout au moins dans les médias à se répandre en mauvaises explications. "On" nous explique que c'est le mauvais capitalisme, comme autrefois le mauvais communisme, et entre les deux? Le chaos? Maintenant que ces systèmes ont montré leurs limites, que nous reste t il? L'écologie de masse va t elle supplanter ces deux systèmes? Si c'est pour être aussi totalitaire, dirigiste, culpabilisant, des lendemains difficiles s'annoncent.
Je suis encore surpris qu'avec les quantités d'intelligence qu'il existe sur cette planète on en soit encore à avoir confiance en tous ces gesticulateurs. Des t^tes ont été coupées pour moins que ça, et sans les moyens de communications d'aujourd'hui. 
Au journal du soir à la télé ils disaient que 3 milliards d'euros suffiraient à résoudre le problème de faim pour 19 millions d'enfants dans le monde (on ne parle pas des adultes!). Vous n'avez rien, vous avez faim, c'est un peu grâce à nous...
Ici on préfère faire un EPR, qui coûter de toute manière plus que prévu, on préfère vendre des armes dans des pays où les enfant ont faim pour flatter l'égo d'un occident qui à du mal à admettre qu'il s'est peut être trompé. Comme d'autre ailleurs... À force de s'entraîner à faire la guerre en externalisant la fonction des armes, en repoussant sur d'autre territoire les besoins de dominances et d'asservissement de minorités, on ne se rend plus compte de la maltraitance infligés aux peuplades du monde à qui on va demander de payer ou de se priver un peu plus. S'ils fallait ajouter des droits aux humains aujourd'hui se serait d'avoir le droit de comprendre dans quel monde ils vivent. Dans un monde qui se voudrait globalisé, adopter une ligne d'idéaux communs plutôt que de laisser la planète et ses habitants en pâtures aux gérants de la sacro sainte loi du marché. Loi selon laquelle tout doit se réguler entre l'offre et la demande. 

Commenter cet article

Guillaume 27/10/2008 15:03

Ton analyse résume assez bien l'absurdité de la situation actuelle. Sauf que l'ignorance des rouages du système ne devrait théoriquement pas être une fatalité pour tout le monde. L'accès à la véritable information est certes de plus en plus obstrué, mais il y a encore, dans notre pays, moyen de connaître la vérité... à condition de ne pas céder aux sirènes de la société du spectacle consumériste.
Préserver ses acquis ou les faire fructifier demande moins de recul et d'efforts intellectuels.

Articles récents

Hébergé par Overblog