Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #écologie

Une question me taraude l'esprit depuis longtemps. J'en ai fait une blague de comptoir, mais vraiment je dois vous la livrer pour tenter de recueillir vos avis sur la question.

Il y a longtems déjà dans un de ses sketchs Coluche disait à propos du tourisme: "ah mais faut rester, ici le soir le soleil se couche et ces beau... On attends on voit on se casse. Et on nous dit ah non faut attendre, ici le matin le soleil se lève et c'est beau. On attends le matin... On achéte une carte postale du coucher et du lever et on se casse.

Ici, tout le monde s'accorde sur la splendeur des paysages, sur le littoral préservé du bétonnage comme on peut le voir sur la côte atlantique ou dans le midi. C'est resté sauvage, c'est vert, grace à l'eau qui tombe du ciel bleu-gris; c'est parfois blanc avec la neige qui tombe du ciel gris, et même parfois du ciel noir la nuit...

Les contrastes des couleurs, les alternances d'éclaircies, d'ombres, le flux des nuages balayés par le vent, la lourdeur et les profondeurs des ciels noirs qui nous viennent de l'océan, cette nature préservée que l'on met tous en images, en vidéo, des clips qui font le tour du monde pour tenter de vendre l'invendable. Posez vous la question de savoir si on vend des cartes postales du chantier local ou des réacteurs vus de la mer ? Autrefois quan vous entriez dans un lieu public vous pouviez y voir plutôt des images religieuses. De nos jours on voit plus facilement des photos aériennes du chantier que l'on donne, comme si l'on voulait marquer son territoire, comme un chien pisse au coin de deux rues pour y glisser ses hormones. Nous avons changé de religion. Et si je n'aime pas les religions, je leurs accorde un peu plus de crédit qu'au religieux.

Ben oui quoi, pensez-vous vraiment que si le littoral est resté sauvage comme il l'est nous le devons à la philanthropie des hommes et des femmes qui décident ? À l'idée de sauvegarder l'environnement ? Ne peut-on pas penser que s'il l'est resté, c'est aussi car nos cocottes minutes locales ont dissuadé les promoteurs immobiliers de tenter de bétonner la côte ?

Comment avec un littoral qui serait aménagé par exemple comme la Vendée nous nous y prendrions pour évacuer les populations en cas de pépins dans nos boulloires atomiques ? Et je vous dit ça ce n'est pas pour faire du catastrophisme, mais pour appuyer sur le fait que nous allons devoir composer localement avec la probabilté d'un accident. Vous serez bien gentils de ne pas me faire le coup du n'aie pas peur, tout est sous contrôle, et de toute manière on ne peut pas faire autrement... Tout est sous contrôle, mouais, je sais surtout qu'on cherche à contrôler le bordel que générerait un accident et de savoir comment on ferait avaler la pilulle et pas seulement celle d'iode ! 

Soyez gentils de m'épargner vos arguments à deux balles du pro de l'atome, poursuivre dans cet entêtement revient pour moi à défendre l'inqualifiable au service de l'innommable. Alors que l'on va nous promettre dans tous les sens des actions à deux sous, pour ne surtout pas froisser les propriétaires économiques des lieux, je ne peux tolérer que l'on s'enfonce toujours un peu plus dans le déni local, comme une personne atteinte d'une psychopathologie peut sombrer dans des spirales de délires s'il elle ne sort pas de son déni afin d'accepter les soins nécessaires. 

En cela la normopathie consiste à se rassurer dans la masse. Moi, je préfère être à la masse que dans la masse. Celle-ci ne me rassure guère. Dans "La supplication" de Svetlana Alexievitch sorti en 1999, un témoin de l'accident de Tchernobyl disait qu'au final celui-ci avait fait plus de dégat que les divisions de panzer des nazis pendant la seconde guerre mondiale. Quand on voit et qu'on essaie d'imaginer ce qui se passe au Japon autour de Fukushima, et quand on vit à côté d'une centrale nucléaire, ne pas se poser la question est tout ausi criminel que de ne pas chercher à favoriser les dispositifs qui permettraient de s'affranchir de la production du maximum de réacteurs.

Et voilà, pour en revenir à la question qui me taraude, pourquoi les gens font autant de photos du coin et qu'on en voit aussi souvent les mêmes, et bien la seule réponse que j'ai trouvé au delà du "oh c'est beau", c'est surtout que si on doit tous se casser sans jamais y revenir, et bien ça fera des souvenirs. Notre peuple de prequ'îliens n'aura plus qu'a se trouver une terre d'exil pour refonder sa société. Les décideurs devront-ils choisir entre l'évacuation ou le confinement ? Serons-nous la prochaine cohorte de cobayes pour les risques et n'en doutons pas les bienfaits de la radioactivité ? Je dis nous comme si nous étions le seuls, voilà que je parle comme ceux que je conteste, comme si nous étions le centre du monde. Quoiqu'on en pense le Cotentin est la poubelle nucléaire du monde, et il y a en d'autres bien pires peut-être aussi. 

Pour moi ce n'est pas ça la vie, et quand je dis la vie je ne parle pas de nos petites existences, je parle de l'évolution, des intelligences dont on hérite et dont on doit faire la partage avec le plus grand nombre pour enrayer le fatalisme qui aura toujours bon dos.

Tout pousserait à fuir, mais quelqu'un petit me dire ou se situe le point de France le moins exposé au risque atomique ? À mon avis ça ne doit pas être en métropole ! Si l'on ajoute les autres risques industriels, les installations SEVESO, les risques d'innondations, les risques sur la route, l'ominiprésence du risque véritable aliment de nos sociétés de la peur, quels sont les chemins de fuites acceptables, soutenables, renouvelables qu'il faut s'imaginer ?

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog