Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck leblond
Publié dans : #social

Il faut le savoir, le canton vient de s’enrichir d’une matière grise diplômée : un illustre éducateur du territoire vient d’obtenir son brevet d’État 2e degré et je m’en réjouis à plusieurs titres. D’abord, parce que c’est un ami, parce que je poussais sa voiture quand il était en Terminale pour qu’il aille passer son bac, qu’on l’a hébergé, qu’il est grand, beau, habile, sympa, généreux, intelligent, et donc il vient d’avoir son brevet d’État d’éducateur sportif 2e degré spécialité surf. Je m’en réjouis à plusieurs titres, donc c’est un copain, et je m’en réjouis car ce sont les surfeurs qui ont ce diplôme. Je pourrais toujours contester les activités du surf et les activités nautiques en prétextant qu’ils ne sont que les alibis de Areva et EDF dans le sens où, tant qu’ils sont à l’eau, c’est qu’il n’y a pas de danger – la passion prend le dessus sur la crainte et les risques, c’est une culture du risque, il faut savoir les prendre – mais non, je m’en réjouis parce que, localement, sur Les Pieux, si mon travail a permis, si une partie de mon travail, je n’étais pas tout seul, attention ! si une partie de mon travail permet à cinq ou six personnes d’être embauchées, que je sache il n’y en a pas une qui a son brevet deuxième degré. On a pris des éducateurs, on les a jetés comme des Kleenex, je ne sais pas pour quoi, comment, mais en tout cas, il n’y a aucune démarche de progrès qui s’est faite sur le long terme. De mon côté, en passant mon BEESAPT, je savais qu’il n’y avait pas de 2e degré, j’avais plutôt misé sur la corde volley-ball, puisque j’avais commencé à passer le brevet d’État, j’ai les deux tiers du brevet d’État 1er degré, et je m’étais dit qu’en entamant une démarche de progrès avec un club, en statuant sur du travail, sur du long terme, on pouvait imaginer aussi un développement vers un brevet d’État de volley 2e degré et commencer à faire des choses sérieuses, en complément du BEESAPT, pour le sport, pour le loisir, pour le socioculturel, bref pour l’épanouissement des jeunes du canton, mais « ils » n’ont jamais rien compris à tout ça, ils ont jamais voulu m’embaucher parce que j’étais un antinucléaire patenté, on ne peut pas permettre, le territoire ne peut s’organiser pour la réussite d’un antinucléaire. Je doute que mon ami qui vient d’avoir son brevet d’État ait signé acte d’allégeance au lobby nucléaire et je sais qu’il est peut être critique à ce sujet, faudrait pas le mouiller d’ailleurs, mais je sais qu’on peut réussir, eux, ils se sont donné le temps, ils ont planifié, cela fait neuf ans qu’ils sont sur le coup, dix ans en fait, et plus longtemps encore, ça remonte au début des année 90 l’histoire d’une association de surfeur, j’étais même présent à l’assemblée constitutive. Ils ont bossé, ils se sont investis dans le travail, ils sont en permanence dans l’activité, ils y sont au quotidien, ils vivent, ils apprennent, ils mangent, ils boivent, ils surfent, ils font tout au travers du surf. Moi c’était le sport sur la commune, ils n’ont pas compris ça, eh bien, tant pis, je me souviens qu’à l’époque on m’avait dit que c’était pas comme ça qu’il fallait organiser ses projets, qu’il fallait compter sur la ressource humaine, sur des partenaires, tout ça, aujourd’hui que j’ai tout ça, je n’existe même pas par rapport à eux, pour revenir sur l’objet de ma saisie après de la HALDE. Voilà, je ne comprends pas, je cherche à comprendre, et qu’il soit clair aussi que, pour en revenir à la saisie, je n’accuse personne, je ne menace personne, je cherche à comprendre et j’aimerais mettre des noms sur des actes, des faits, des non-réponses, j’ai encore dans ma boîte mail du jour des tas de courriers de choses qui se passent sur les territoires, de communes, de communautés de communes, de départements, de directions départementales du travail qui s’organisent autour de projets sur la construction paille et ici, rien. « Bah non, c’est pas possible, ça coûte trop cher, vous vous rendez compte ? » Ce n’est pas très grave…

 une belle démarche de développement durable et programmé, une forme d'ascenseur social, sur une activité qui ne paraissait pas si évidente que ça sur nos côtes...

Bravo les gars!!! 

Commenter cet article

Berthenet 09/01/2010 14:36


Comme d'habitude, les succès ne sont pas là où nos élus les voudraient. Peut être le club de surf va t il être honoré d'un challenge? lol
A suivre....


Articles récents

Hébergé par Overblog