Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #la raison des cloches

Un prix ?

 

Je concoure pour un prix litttéraire « handi-livre » organisé par la mutuelle INTÉGRANCE. Nous, Anne-Sophie et moi, avons choisi dans les rubriques à compléter de porter en ces termes notre participation à ce concours dans la catégorie biographie.

 

Pour la biographie :

 

« Sujet à des bouffées délirantes aiguës, Franck Leblond, natif du Nord-Cotentin (50), s’est retrouvé, en pleine force de l’âge,  hospitalisé à de nombreuses reprises, plus ou moins longtemps, durant trois années, avant que le diagnostic de schizophrénie ne soit posé. La sentence est tombée, scindant sa vie entre un avant et un après chaotique et tumultueux. La « folie » n’a pas altéré ses passions, et ses convictions ont évolué, progressé, faisant toujours vibrer sa fibre écologique malgré sa position géographique  un territoire où la part du nucléaire est belle, entre la production d’électricité, le traitement et le stockage de déchets nucléaires et le port d'arme atomique, et, au prix d’efforts et de soutiens, les causes l’ayant conduit à l’hôpital se sont peu à peu estompées. C’est cet effort de reconstruction qu’il a à cœur de partager, avec ses échecs et ses réussites, mais surtout le sens qu’il leur donne. Attaché à l’idée d’être considéré comme un tout, un être complet au-delà de la pathologie, il lance un message d’espoir aux personnes en souffrance psychique et à leur entourage. Sa rencontre avec Anne-Sophie Guénéguès, elle-même en situation de handicap et écrivain, a permis à Franck de structurer ses propos et de témoigner de son parcours avec humour et sincérité. Ils ont donné naissance à l’expression originale d’un espoir : celui d’être.

Aujourd’hui, Franck, stabilisé, poursuit son chemin dans le domaine de la construction d’habitats écologiques en paille, loin des préjugés des non-initiés. Parallèlement, il travaille à écrire la suite de La Raison des cloches, suite qu’il expérimente au quotidien, avec ses douleurs et ses succès. »

 

Et pour le résumé :

 

« Il est courant d’entendre parler de schizophrénie par des experts, des tierces personnes observatrices, mais rarement par les sujets concernés eux-mêmes. Ce n’est pas simple de désigner, dans le parcours d’un individu, tel ou tel événement ou accident de vie comme déterminant de l’émergence d’un comportement pathologique. Franck Leblond, schizophrène, a décidé de narrer avec humour, courage et sincérité, et sans tabou surtout, ses aventures, ses problèmes, ses pensées, ses états d’âme : un éventail de causes tout aussi plausibles les unes que les autres… Franck n’accuse pas : il s’interroge sur ce qu’il est, sur TOUT ce qu’il est.

Écrit avec l’aide d’Anne-Sophie Guénéguès, auteur de nouvelles et elle-même en situation de handicap, il apporte avec ce témoignage un autre regard sur la pathologie, loin du conformisme et des idées reçues. Loin de vouloir moraliser sur la question, la liberté de ton employé tout au long de cet essai en trois parties (allant des épisodes délirants à la stabilité recouvrée, notamment au travers d’une vie sociale et professionnelle reconstruite autour d’une passion : l’écologie) permet d’entrevoir avec le sourire les possibilités d’insertion et de reconnaissance, après de violents ressentis d’exclusion. Ce livre retrace la longue quête d’une existence apaisée, et marque en lui-même l’engagement de Franck sur la marche en avant de ses utopies. Ce récit est une revanche sur la maladie, comme un souffle neuf pour balayer les préjugés qui l’entourent. »

 

Et enfin les motivations :

 

« J’ai découvert par hasard le prix handi-livre et j’ai décidé d’y soumettre le livre que j’ai autoédité courant 2010. J’ai rédigé La Raison des cloches ou l’arborescence d’une conscience avec l’intention de pousser un cri, et surtout pour délivrer une approche différente de celle proposée à travers la littérature au sujet de la schizophrénie. La vivant « de l’intérieur », j’avais des mots de douleur et d’espoir à partager. Je ne m’attendais pas à un tel écho (à la hauteur de la modestie de mes moyens, bien sûr) : 350 exemplaires auto-distribués et la satisfaction des retours des soignants, m’encourageant à aller plus loin dans ma démarche, des soignés, trouvant dans mes mots écho à leurs maux, et des non-concernés (les « normaux ») saluant la lucidité des propos. C'est en ce sens que je concoure au prix handi-livre : pour clamer haut et fort que des voies d'intégration sont possibles dans le respect et les intérêts de chacun. Pour souligner l'évidence que la confiance basée entre le sujet et son environnement socioprofessionnel, amical, culturel… sont sources de stabilisation, de progrès, voire de rémission. Ce livre, pour ce qu’il est et surtout pour ce qu’il a permis de réflexions, de débats, de rencontres… en est un élément de preuve.

Si cela n'enlève rien à la difficulté de faire, l'obtention d'un prix serait source de reconnaissance et ouvrirait un chemin plus conventionnel et/ou balisé à l’écriture du complément nécessaire à La Raison des cloches. »

 

Pour ceux qui passeraient par ici sans avoir lu ce livre vous pouvez me contacter par le formulaire de contact de ce blog pour vous procurer l'ouvrage...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog