Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #écologie

Jeter dans la peau 

Oh zut ! j’ai encore mal écrit ce que j’ai entendu, je voudrais tellement bien t’écrire ce qu’on entend mal. Et pourtant je t’ai aussi dans la peau. Mon état me conduirait à écrire Liberté avec deux ailes, pour qu’elle puisse prendre son envol et cesser de tourner en rond. Tu m’as envahis il y a si longtemps maintenant que notre histoire commune prend du sens. Je sais aujourd’hui que seule la mort nous séparera, et tu n’es que molécule. On t’as jeter dans ma peau, comme par contrainte et obligation et je ne saurais me passer de toi. Tu es là, toujours proche, comme un signe ostentatoire invisible qui n’a pas de révélateur autre que celui de plaider coupable. Je ne te cherche jamais même si on se parle peu. On vit ensemble et s’est déjà beaucoup. Les raideurs que tu me provoques sont parfois inconfortables, et c’est pour ça que je double ton envahissement d’une autre. Plus communicante, avec toi et elle je ferais le tour du monde à pied, mais à quoi bon, la Liberté perçue de votre association me fait parfois peur. Au delà de cela, me séparer de l’une d’entre vous m’organise un effroi peu endiguable encore pour moi à ce jour. Il me faudra bien cependant le faire. Par raison. Par envie d’expérience, pour me sentir plus grand, plus fort, plus respectable. Je dois bâtir mon état pour avoir à me passer de toi. Je ne renierai rien de tous ces moments, ces heures, ces journées à te laisser te répandre en moi. Ce que j’aime le plus en vous, c’est que je vous quantifie, vous êtes molécules, traçable, décelables, payées et je vous ai dans la peau. Vous êtes en moi pour longtemps et les traces que vous laissez et laisserez seront palpables encore longtemps. Je vous aime trop pour avoir à me séparer de vous comme ça, je vous averti. Moi d’abord ! Les rencontres vécues en votre compagnie toutes remplies de Fraternité pour laquelle je donne aujourd’hui un sens plus fort que jamais auront fait germer et mûrir mes utopies. L’une de vous deux deviendra encombrante si je veux concrétiser au mieux celles-ci et paraître apte à les animer. C’est comme ça.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog