Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #social

dans le meilleur des cas, elle partira demain... je ne me fais pas trop d'illusion sur les chances de maintenir mon niveau d'allocations, mais bon c'est aussi dans un premier temps le seul recours permis et connu...

Franck LEBLOND (moi) 

 

à Commission de recours amiable de la CAF

Place Saint-Charles

45946 Orléans cedex 9

 

Monsieur,

 

Par courrier en date du 18 avril 2011 dont copie vous est jointe, vous m’informez de mes nouveaux droits pour le trimestre à venir. Permettez-moi donc en retour d’argumenter un recours amiable pour le maintien de mes prestations sociales à leur montant antérieur à cette période.

 

La réforme de l’AAH (Allocation Adulte Handicapé) a introduit une déclaration trimestrielle à laquelle je me plie avec discipline depuis sa mise en place. Dans les faits, mon allocation AAH a diminué de 45 % depuis le début de l’année. De 600 euros en décembre à 562 euros en janvier, la prévision pour le trimestre en cours est de 330 euros. Cette baisse d’allocation se traduit par une perte indéniable d'autonomie. Et ce malgré tous les discours voulant favoriser celle-ci.

 

D’une situation précaire, ma situation va évoluer vers de l’ultra précaire. Comme tous les foyers je me projette, j’ai la chance de travailler et en cela d’avoir le sentiment d’être utile, occupé avec un niveau d’insertion et d’intégration acceptable, mes projections statuaient sur un maintien de ressource équivalent et votre annonce obscurcit mon avenir.

 

Si je n’aurais globalement pas à me plaindre de la manière dont « le système » a accompagné les difficultés liées à mon handicap, je regrette cette décision soudaine qui précarise un peu plus les chemins de professionnalisation choisis, se concrétisant de jours en jours. En effet, deux années en arrière, je devais encore batailler pour me faire reconnaître le simple statut de travailleur handicapé (la MDPH avait dit « ni travailleur handicapé, ni apte à travailler).

 

Cette perte sèche risque fort de faire trébucher un parcours déjà parsemé d’embûches et je n’y vois pas une forme d’encouragement. Est-ce qu’il n’est pas assez difficile comme ça de vivre avec un handicap, et sur les éléments sur lesquels se fonde le mien, pour n’avoir un minimum de soutien, de confiance, de solidarité, de reconnaissance en ayant le sentiment d’être acteur d’un monde en changement, sans avoir à vivre et subir comme une sanction les frasques des législateurs loin des discours de bonhomie ?

 

Si je ne doute pas que chacun ait des efforts à fournir, ce que je fais, qui accepterait de perdre 17,5 % de ses revenus en aussi peu de temps ?

 

Par conséquent, je reste disponible pour faire évaluer ma situation en toute transparence socio-professionnelle et je vous remercie de bien vouloir étudier la possibilité de m’accorder le même montant d’allocation qu’au premier trimestre jusqu’à la fin de mon contrat de travail (fin septembre 2011).

 

Par avance, je vous remercie de l’attention que vous porterez à ma requête en espérant retrouver une solution plus en ma faveur.

 

Veuillez agréer, dans l’attente de votre réponse, l’expression de ma considération.

coluche disait expliquez nous de quoi vous avez besoin on vous dira comment vous en passer...

 

 

 

Commenter cet article

jeanne 11/05/2011 09:00


Je suis bouleversée...
Et je croise les doigts pour que le destinataire de cette lettre, l'organisme à qui s'adresse ce cri désespéré puisse ressentir vos difficultés,voir l'injustice programmée, comprendre dans quel
desespoir vous êtes et comment vous pouvez trouver le courage de vous débattre et trouver les mots justes pour vous exprimer.
L'administration n'est qu'une machine et ceux qui la font tourner sont des robots... mais on ne sait jamais quelqu'un, avec conscience et coeur, vous lira et pourra trouver une faille dans ces
injustices et c'est ce que j'espère pour vous !
Jeanne avec amitiés.


Articles récents

Hébergé par Overblog