Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #municipales2014

Si j'avais eu à, et beaucoup savent ma frustration, si j'avais eu à faire une liste pour être candidat aux municipales, j'aurais proposé un socle commun. Le dire ici, c'est pour moi maintenant comme un acquis, je n'ai que peu de doutes sur la proposition ainsi formulée, comme un outil pour dessiner demain avec tout le monde. Un programme décliné en cinq grands thèmes comme évoqué précédemment. Je ne sais pas si je dois transiger avec ce qui est pour moi un minimum, le compléter oui, le réduire non.

J'y mets quoi dans ces thèmes ? Des domaines et des sujets de préoccupations pour lesquelles les forces publiques feraient bien d'accélerer certains processus de mise en places, tellement parfois les urgences sont criantes. Chacun avec son décrytage, son regard parfois voilé de formatages désuets ne situe pas les urgences au même niveau, ne les appréhende pas de la même manière. Et si nous n'étions pas baignés d'autant de croyances enrobées de conforts décalés et parfois déconant en regard de l'état du monde et de ses occupants, des humains aux bêtes en passant par les plantes et leur atmosphère, un point commun que nous aimons particulièrement maltraiter (avec les conséquences que l'on sait), nul doute que ça pourrait avancer autrement.

Vouloir décliner des actions pour le CLIMAT, c'est à dire minimiser drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre (mais pas que), il faut être capable de porter un regard d'ensemble sur la construction, sur les transports, sur l'énergie, l'eau et la biodiversité. Traiter de manière parcellaire et sectorisée ces sujets c'est faire porter le poids des dérives sur l'un ou l'autre des domaines. Et il faudrait mieux pour cela marquer un temps d'arrêt plutôt que de continuer à faire galoper tout le monde dans tous les sens en faissant "croire" que la solution est proche. Foutaise !

Je me permettrait de disserter sur ces sujets plus en longueur dans d'autres articles en esquissant en s'appuyant sur des constats les pistes de solutions à mettre en œuvre dans la vie locale pour tendre vers une forme de transition pour espérer amortir certains chocs potentiels futurs.

Ne pas le faire tient pour moi d'une irresponsabilité, attendre de l'autre qu'il fasse quelque chose pour le copier et lui faire porter la responsabilité de l'échec; ou s'engager à formuler des propositions sur tous ces sujets ? Et je vous dit ça en ayant pleinement conscience que le sujet de l'écoconstruction n'est pas d'actualité dans les coursives du syndicat mixte du Cotentin, qu'on en serait tout juste à trier les papiers et éteindre les lumières en quittant la salle. Je me dis que des intérieurs, des profonds intérieurs neurologiques n'ont pas du voir la lumière depuis longtemps. 

Parce que ce n'est pas pour moi délirant de penser que, et dit autrement quan on a parlé de la maison, de la bagnole, de la facture d'énergie, de l'eau de tous les jours source de vie et de la nature qui nous entoure, on a évoqué tous les éléments du quotidien qui influent sur le climat; il est donc engageant et motivant de proposer publiquement d'être acteur d'un plan climat. Et si on ne retrouvait pas cela dans les débats de ce que nous avons en commun "la ville", le "patelin", le "bled", nous resterons dans la médiocrité des flots de paresses intélectuelles qui nous innondent quotidennement.

Vouloir agir en ce sens c'est inciter et induire de nouveaux comportements, c'est coopérer pour continuer à avancer, mais le petit français pense trop souvent que c'est toujours l'autre le problème, que les riches gagnent trop d'argent, que les plus pauvres sont trop feinéants il est évident qu'il est facile et même conseillé dans ce cas de rester moyen.

 

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog