Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #maux d'ailleurs

Avec ou sans toi

Je n'ai pas de choix

Et si je l'avais

bien embarrassé je serai

Une barrière de silence

érigée au milieu d'un rien

Cache les sens

Mêlés de tous ces liens...

 

L'errance de mes sentiments

Sur ton aura 

Se pose un temps

Elle s'y perdra

Dans les méandres

Tordus de mes influx

Forcés de redescendre

Au beau milieu des rues

 

Perdu dans ce tourmant

Tournant comme un ouragan

Capable de te happer

Pour t'emmener vers un ciel

À la douceur du miel...

Tu as frappé

Mes lots d'atomes

Crochus ou fantomes ?

 

Fantasme fantasque ?

J'avance sans masque

Les yeux vers l'avenir

L'esprit dans un soupir

Le cœur dans un galop

Dans un élan de trop

Éclatent de sentiments

Pour toi... Naïvement !

 

Le vent glace l'instant

Celui où tu fuis

Au milieu de tes fruits

Osmose de sucrerie

Convoitées.

Pause de banalités

Loin de la féérie

 

Proche du rêve

À croquer d'un trait

quel est cet attrait ?

Sans trêve

Pour ces bords de mer

Où tu serais un ilôt

Au centre des flots

Bien loin de l'amer...

Commenter cet article

M. Bernoussi 19/06/2012 00:28

L'AUBADE

Réveil: Modes divers sous lesquels le sujet amoureux se retrouve, au réveil, réinvestit par le souci de sa passion.


1. Werther parle de sa fatigue("laisse-moi souffrir jusqu'à la fin: en dépit de toute ma fatigue, j'ai encore assez de force pour aller jusque-là"). Le souci amoureux emporte une dépense qui use le
corps aussi durement qu'un travail physique. "Je souffrais tant, dit quelqu'un, je luttais tellement toute la journée avec l'image de l'être aimé, que, le soir, je dormais très bien." Et werther,
peu avant de se suicider, se coucha et dormit très longtemps.

2. Réveils tristes, réveils déchirants (de tendresse), réveils blancs, réveils innocents, réveils paniques (Octave se réveille d'un évanouissement: "Tout à coup ses malheurs se présentèrent à sa
pensée: on ne meurt pas de douleur, ou il fût mort en cet instant").

Articles récents

Hébergé par Overblog