Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

AL3ES, Agence Locale de l'Écologie, de l'Énergie, de l'Économie et de la Solidarité....

On n'a jamais raison trop tôt, on a raison. Point... C'est un peu radical et parfois on ne vit jamais assez longtemps pour le savoir. Dans nos urgences, des mots de maux, des clins d'œil et des coups de gueules, des propositions, des idées (parfois), des envies, transition toute faites pour toutes les belles...

Publié le par franck
Publié dans : #écologie

Il est toujours de bon ton dans notre belle Europe de se comparer, de voir comment font les autres pour résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les citoyens. La précarité énergétique est un problème majeur. Il y aurait 3 millions de Français qui bien que logés on froid chez eux l'hiver. Et je le sais j'ai été de ceux là. La précarité ne va pas aller en s'arrangeant si l'on prend en compte les deux facteurs que l'on devrait prendre en compte aujourd'hui dans tout projet: il y aura moins d'énergie globale à consommer et celle-ci va augmenter. 

Je connais peut d'opérateurs énergétique qui font dans le social, ils le font s'ils sont sûrs d'être payés des kWh consommés en énergie finale, celle qui arrive chez vous, dans ce contexte j'avais appris il y a quelques temps et j'ai gardé ce chiffre en tête que 60% du budget de l'aide sociale de la Manche servait à payer la facture énergétique. L'aide social qui sert à payer des grands groupe du CAC40. Le comble.

Je ne sais pas ce que donnera l'expérience anglaise que je vous copie-colle à la suite de ces mots, mais je trouve que c'est un bon début... tirée de la lettre d'information du CLER, comité de liaison énergie renouvelable de décembre 2011. Voici:

Efficacité énergétique : le Royaume-Uni lance une consultation nationale

 

Cette consultation vise à connaître l’opinion de l’ensemble de la population britannique sur les politiques qui doivent être mises en œuvre dans le cadre du « Green Deal » et du programme ECO, et plus globalement de la nouvelle législation sur l’énergie Outre-Manche. Les citoyens disposent d’un délai de 2 mois pour envoyer leurs contributions en ligne ou par courrier postal aux pouvoirs publics.

La consultation s’adresse à un nombre très large de parties prenantes, depuis les organisationsdirectement concernées jusqu’aux représentants du grand public, notamment lorsque ces derniers envisagent d’investir dans l’efficacité énergétique.

La loi sur l’énergie 2011 contient, entre autre, des dispositions visant le développement d’un « Green Deal » et d’un nouveau programme, ECO ("Energy Company Obligations"), qui prendra la suite en 2012 du programme anglais des certificats d’économie d’énergie ("Carbon Emission Reduction Target"), et de sa partie destinée à la lutte contre la précarité énergétique dans les quartiers défavorisés ("Community Energy Saving Programme").

Le « Green Deal » fixe un nouveau cadre de financement pour l’amélioration énergétique des bâtiments résidentiels et tertiaires : à partir de l’automne 2012, des "fournisseurs Green Deal" (les fournisseurs d’énergie et certaines enseignes de la grande distribution - Tesco, B&Q, Mark & Spencer) financeront directement pour leurs clients domestiques ou commerciaux des travaux d’amélioration énergétique standards (isolation des combles, des murs, pose de double vitrages...), mis en œuvre par des "installateurs Green Deal" agréés. Ce dispositif évitera aux bénéficiaires de devoir contracter un prêt bancaire ou disposer d’un apport financier initial élevé pour pouvoir lancer de tels travaux. En effet, ils pourront rembourser les "fournisseurs Green Deal" au fil du temps, via une nouvelle ligne spécifique sur la facture d’énergie, et sur une base pré-établie en fonction des économies d’énergie projetées après travaux.

ECO apportera des crédits supplémentaires là où le Green Deal est insuffisant, et notamment pour soutenir les ménages modestes ou vulnérables, ou encore pour les logements particulièrement difficiles à traiter.

La nouvelle loi sur l’énergie concerne également (bien que la consultation ne porte pas sur ces points) : 
- le secteur locatif privé :

  • Interdiction pour les propriétaires, à partir d’avril 2016, de refuser d’engager des travaux d’amélioration énergétique réclamés par le locataire si des outils de financements, tels que les crédits du Green Deal ou de ECO, sont mobilisables ;
  • Interdiction légale, à partir d’avril 2018, de louer des locaux à usage résidentiel ou commercial qui n’atteignent pas un niveau minimal d’efficacité énergétique (qui serait initialement fixé, a priori, à l’étiquette "E" du DPE anglais) ;

- des mesures pour améliorer l’efficacité et la sécurité énergétique du pays ;

- des mesures pour développer les technologies bas carbone .

L’ensemble des mesures soumises à consultation publique vise à encourager et faciliter l’amélioration de l’efficacité énergétique chez les ménages britanniques. Les résultats devraient être connus début 2012.
Affaire à suivre...

Et je complète mon propos en joignant une autre partie de la lettre d'information qui parle de la production éolienne en France et en Europe... On est en France encore à la traîne mais en progrès. 

6 % de l’électricité française produite par l’éolien : un record ?

 

Analysant les données publiées par RTE, le SER a publié début décembre un communiqué annonçant que le parc éolien français avait battu un record de production le 7 décembre au matin, avec unepuissance de production de 4 453 MW en fonctionnement sur un parc installé de 6 576 MW. C’est la première fois que la France atteint une puissance éolienne instantanée aussi élevée, à une période de l’année où la consommation électrique est particulièrement élevée.

6 %..., ce chiffre montre la part croissante et l’apport incontestable de l’énergie éolienne dans le mix énergétique français.

Mais c’est un record qui doit être replacé dans le contexte européen. A titre comparatif :

  • sur l’ensemble du premier semestre 2011, 21 % de l’électricité produite en Allemagne était d’origine renouvelable ;
  • le parc éolien espagnol, de son côté, atteint régulièrement une puissance instantanée de plus de 13 000 MW, soit plus de 50 % de sa demande nationale instantanée en électricité (suivre la répartition des sources de production dans la consommation espagnole heure par heure sur le site du gestionnaire de réseau de transport espagnol) !

Le Grenelle a fixé à la filière un objectif (pour ne pas dire un plafond) de 25 000 MW en 2020 (19 000 MW à terre et 6 000 MW offshore). Mais pour atteindre cet objectif, et rattraper un retard flagrant sur nos voisins danois, allemands, espagnols..., il conviendrait de lever au préalable les multiples contraintes administratives qui pèsent encore sur l’éolien français.

Si on s'en donnait la peine, nul doute que le monde serait moins pire...

 

 

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog